SEP: Jack Osbourne combat les préjugés

SEP: Jack Osbourne combat les préjugés
16/09/2014
Ecrit par Emily Nazionale

Jack Osbourne avait à peine 26 ans quand on lui a diagnostiqué une sclérose en plaques (SEP), une maladie auto-immune. Fils du chanteur de heavy métal Ozzy Osbourne, il est apparu pour la première fois sous les feux de la rampe dans l’émission de téléréalité à succès «The Osbournes» présentant les tribulations de sa famille.

«Après le diagnostic, je me suis apitoyé sur moi-même pendant quatre jours», a-t-il déclaré dans une interview accordée au webshow HuffPost Live. «Je pensais que ma vie était finie. Puis je me suis mis à chercher des informations. J’ai parlé à des médecins et à d’autres malades. Et je me suis alors rendu compte que la SEP est bien mieux contrôlable que ce qu’en pense le grand public . C’est aussi une des raisons pour lesquelles j’en parle aujourd’hui ouvertement.»

Jack Osbourne s’est depuis érigé en apôtre de la SEP, essentiellement via son site internet You Don’t Know Jack About MS. Ses principaux combats: tordre le cou aux préjugés et à la perception erronée de cette maladie. «La SEP ne touche pas seulement les femmes et les personnes âgées», déclare Jack sur son site. «La SEP n’est pas non plus un arrêt de mort! Je pensais au début que je régresserais rapidement et que je finirais en fauteuil roulant. Mais ce n’est pas obligatoirement le cas!»

Malgré la perte (provisoire) de la vue à un œil (un signe qui a alerté Jack Osbourne et l’a poussé à consulter), la perte de sensibilité, le tremblement, la fatigue et les troubles de l’équilibre…, qui sont des symptômes très fréquents de la SEP, il n’y a pas eu que des mauvaises nouvelles. «Le diagnostic de SEP rémittente m’a appris qu’une bonne santé n’est pas une évidence.» Raison pour laquelle Jack Osbourne a décidé de mener une vie plus saine. Mais surtout, il vit désormais à son propre rythme, et prévoit régulièrement des pauses. Toutefois, la principale leçon qu’a retenue Jack est que, malgré les nombreuses adaptations qu’exige la SEP, il ne faut pas laisser la maladie vous contrôler. «Trouvez votre propre manière de vous en accommoder et cherchez du soutien» conseille-t-il.

Laisser un commentaire
Publicité
La pathologie de la semaine
dmla_intro

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la première cause de déficience visuelle grave après 60 ans en Belgique. Cette maladie, parfois à l’origine d’une perte d’autonomie importante, reste pourtant méconnue.
Heureusement, des traitements existent pour certaines formes de DMLA. Ils permettent de freiner son évolution, voire dans certains cas de récupérer un peu de l’acuité visuelle perdue! Mais pour cela, il est primordial d’intervenir au plus vite.

Les maladies de A à Z