Zoom

Alzheimer et accidents vasculaires cérébraux: quels liens?

La maladie d'Alzheimer et les accidents vasculaires cérébraux touchent généralement des personnes au-delà de 60 ans. Mais ce point commun n'est pas le seul entre ces deux maladies. Prévenir l'apparition des accidents vasculaires cérébraux permettrait, peut-être, de prévenir également l'apparition de la maladie d'Alzheimer. Explications.

On oublie trop souvent que la maladie d’Alzheimer n’est pas la seule cause de démence. Il existe également la démence vasculaire qui, en nombre de patients touchés, est la seconde en Belgique. A l'origine de celle-ci: des accidents vasculaires cérébraux. Il peut arriver que ces derniers passent inaperçus, leur seule manifestation sera alors la dégradation intellectuelle.

Parfois difficiles à distinguer

Dans le cas d'une démence vasculaire, ce sont surtout les troubles exécutifs qui prédominent (difficulté à planifier, pensée et comportement désorganisés…). Alors que dans la maladie d'Alzheimer, ce sont la mémoire et l'orientation qui sont principalement touchés. Par ailleurs, pour la démence vasculaire, le scanner cérébral permet normalement de mettre en évidence des séquelles d'accidents vasculaires cérébraux, ce qui n'est pas le cas dans la maladie d'Alzheimer où le scanner est généralement normal. Pourtant, il n'est pas toujours évident, ni même possible, de distinguer ces deux maladies… En effet, lors d'examens au microscope du cerveau, les chercheurs ont pu mettre en évidence chez près de 20% des patients Alzheimer à la fois des lésions cérébrales caractéristiques de la maladie d'Alzheimer (plaques séniles et dégénérescence neuro-fribrillaires) mais aussi des séquelles d'accidents vasculaires cérébraux.

Un gène de susceptibilité

Par ailleurs, la génétique conduit à penser que ces deux maladies seraient plus liées qu’on ne le croyait. En effet, il existe dans la maladie d’Alzheimer un gène dit de susceptibilité. Que cela signifie-t-il? Tout simplement que le gène d’une protéine, l’apolipoprotéine E, existe sous trois formes: E2, E3 et E4. La majorité de la population, 80%, possèdent la forme E3 et 15%, l’E4. Or 40% des patients Alzheimer portent la forme E4. Cela signifie qu’être porteur de cette forme du gène constitue un facteur de risque de développement de l’Alzheimer. Bien entendu des millions de gens portent ce gène sans jamais développer la maladie et des millions d’Alzheimer portent un gène qui n’est pas l’E4.

Prévenir

Ce qui est intéressant à signaler, c’est que les gens porteur de la forme E4 sont également plus à risque de développer un infarctus ou un accident vasculaire cérébral… causes potentielles d’une démence vasculaire. Certains chercheurs pensent même que l’apparition d’une petite thrombose pourrait être à l’origine du développement de la maladie d’Alzheimer.

Cependant, même si les liens entre accident vasculaire cérébral et alzheimer sont encore ténus à l’heure actuelle, contrôler son cholestérol, avoir une tension artérielle normale, traiter un éventuel diabète, éviter le surpoids et ne pas fumer… sont les piliers d’une bonne santé.

Dr. Philippe Violon

Publicité
Les maladies de A à Z