Zoom

Cafés interculturels et intergénérationnels: un rapprochement inattendu

Le temps d'une séance de réminiscence, des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer côtoient des populations en difficulté dans la commune de Saint-Josse, à Bruxelles. L'initiative étonnante vise à rapprocher deux populations en difficulté pour créer des liens de solidarité.

Un café interculturel et intergénérationnel. C'est sous cette appellation que se présente la première initiative commune de l'asbl Alzheimer Belgique et l'asbl SIMA (Service d'Intégration et d'insertion Missions Actions). Cette dernière association a pour but de favoriser la cohésion sociale dans des catégories de la population qui sont en difficulté, plus particulièrement les immigrés, en mettant l'accent sur l'éducation et la participation à la vie culturelle, sociale et politique. Le nouvel événement, qui s'est déroulé le 23 octobre et qui est destiné à se répéter périodiquement, est en réalité une séance de réminiscence, au cours de laquelle les patients Alzheimer sont mis en contact avec des objets, des idées, des sons ou des odeurs qui peuvent leur rappeler des souvenirs. Les cafés souvenirs existaient déjà, mais cette fois des immigrés en contact avec l'asbl SIMA participent aussi à ces réminiscences et apportent leurs propres souvenirs, qu'ils viennent de leur pays d'origine ou de Belgique. La séance sera encadrée à la fois par une ergothérapeute d'Alzheimer Belgique et par un éducateur de l'asbl SIMA.

Bénéfices tant pour les patients Alzheimer...

Pour Anouk Dufour, ergothérapeute pour Alzheimer Belgique qui a encadré le premier café interculturel, les bénéfices pour les patients Alzheimer sont réels. Outre la lutte contre l'isolement, "il s'agit de travailler la différence pour découvrir ce que nous avons en commun dans tous les pays, et nourrir la compréhension et la tolérance de l'autre" explique-t-elle. Les patients Alzheimer visés par la démarche habitent la commune de Saint-Josse qui comporte une très forte proportion de personnes immigrées; le café est donc une manière de créer le dialogue, voire la solidarité." Autre bénéfice: les personnes Alzheimer capables de se remémorer quelques-uns de leurs souvenirs et de les partager avec d'autres sont valorisées. Elles se sentent utiles dans la société.

...que pour les populations immigrées

Pour les membres de l'asbl SIMA, l'intérêt est également de taille. Non seulement dans la découverte d'une autre catégorie de la société qui est très souvent isolée et a pourtant beaucoup à offrir, mais aussi simplement parce que les immigrés ne sont pas épargnés par la maladie d'Alzheimer. "La majeure partie des patients Alzheimer issus de l'immigration sont pris en charge uniquement à leur domicile, pour des raisons culturelles mais aussi simplement parce que notre association n'est pas connue dans ces milieux. Nous aimerions donc aussi, par ce biais, faire la rencontre de nouvelles personnes que nous pourrions aider" ajoute Anouk Dufour.

Marion Garteiser

Publicité
Les maladies de A à Z