Zoom

Quelques clés pour prévenir les fugues

Aux troubles de la mémoire dont souffrent les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, s'ajoutent des difficultés à s'orienter dans le temps et l'espace. Parties faire une course ou rendre visite à un ami, il n'est donc pas rare que ces personnes se perdent ou oublient l'objet de leur sortie.

Rester à l'écoute

Le désir de partir est rarement irrationnel. Il peut être une réponse à l'ennui ou la volonté de se rendre dans un lieu bien précis. Le rôle de l'aidant est donc d'essayer de comprendre le sens des paroles et/ou du comportement du malade. "Certains veulent sortir parce qu'ils avaient l'habitude d'aller régulièrement dans leur jardin, d'aller faire un petit tour dehors ou d'aller jouer aux cartes au bistrot du coin, d'autres parce qu'ils ne reconnaissent plus l'endroit où ils vivent et pensent qu'ils doivent rentrer à la maison", explique Christian Englebert, directeur de la maison de repos et de soins Les Jardins de la Mémoire. "Ce qui est appelé "fugue" ou "fuite" correspond donc en réalité à un mode de vie tout à fait normal pour la personne qui ne se rend pas compte qu'elle est malade."

Maintenir le dialogue

Il n'existe malheureusement pas de solution miracle à ce problème. "Les astuces, les conseils que les proches peuvent glaner ici et là doivent être adaptés à chaque personne et à chaque type d'habitation," poursuit Christian Englebert. "Il sera ainsi totalement incompréhensible et impossible pour un ancien facteur de ne pouvoir sortir alors qu'il avait l'habitude de faire 15 km à pied tous les jours." La balance doit donc toujours être faite entre la sécurité et la liberté de la personne. Comment? En tentant d'instaurer un dialogue constructif. "Le pire serait de rester sourd et muet à la demande du malade et de fermer la porte à clé", assure Christian Englebert. "Si la personne n'a pas l'impression d'être enfermée, les chances sont plus grandes qu'elle ne cherche pas à sortir sans le consentement de ses proches". Autre astuce: faire diversion (réclamer de l'aide dans la cuisine ou attirer l'attention sur le fait qu'un beau programme commence à la télévision par exemple). Sortir avec le malade, faire une promenade avec lui, peut aussi être une solution pour éviter la fuite.

Quelques mesures concrètes

  • Ne laissez pas une porte ouverte, des manteaux ou une clé de voiture à vue.
  • Informez le voisinage, les commerçants et la police locale des troubles dont souffre le malade.
  • Joignez à sa carte d'identité le nom et le numéro de téléphone de la personne à contacter en cas de problème.
  • Disposez en permanence d'une photo récente et d'un descriptif physique du malade au cas où des recherches devraient être lancées.
  • Enfin, n'oubliez pas que les patients Alzheimer se dirigent souvent vers les lieux qui ont marqué leur enfance ou les maisons qu'ils ont habitées dans leur jeunesse.

N'hésitez pas, enfin, à demander de l'aide autour de vous. De nombreuses structures comme les associations de patients ou les services de psychologues à domicile pourront peut-être vous donner des pistes pour mieux gérer ces situations difficiles.

Aurélie Bastin

Publicité
Les maladies de A à Z