Zoom

iStock_000005510882XSmall_493x200

Alzheimer et hygiène corporelle

Les patients Alzheimer conservent longtemps la capacité de faire leur toilette. Quand les premiers oublis surviennent, une simple incitation peut suffire à réenclencher ce processus d'hygiène corporelle.

A l'instar des autres gestes de la vie quotidienne, la toilette et le maintien d'une hygiènecorporelle s'étiolent chez le patient au fil de l'évolution de la maladie. Généralement, la perte de ce réflexe de propreté, qui fait appel à des gestes effectués quotidiennement, apparaît plutôt tardivement. Mais il arrive nécessairement une phase où la personne atteinte de la maladie d'Alzheimer commence à oublier de se laver, partiellement ou entièrement, ou ne change plus ses vêtements. "Progressivement, le malade ne se rend plus compte du besoin qualitatif de se nettoyer. La notion de bienséance, en public ou en privé, est amoindrie, et la conscience de l'image de soi commence à se perdre", explique le docteur Philippe Desfontaines. Neurologue, il est également responsable de la Clinique de la Mémoire - Maison Alzheimer du Centre Hospitalier Chrétien de Liège (CHC).

Une bonne hygiène pour un bon confort

Or, la conservation d'une bonne hygiènecorporelle est primordiale chez les patients Alzheimer. Pour une question de dignité par rapport à eux-mêmes ainsi que vis-à-vis de leur entourage d'abord. Pour préserver leur confort physique ensuite. "Une bonne hygiène permet d'éviter l'apparition de problèmes dermatologiques qui peuvent provoquer une situation d'inconfort, et donc de nervosité, pour le malade", note Philippe Desfontaines. Les patients atteints d'Alzheimer exprimant peu leurs problèmes physiques, il est important de prévenir la survenue de ces symptômes.

Que faire quand le malade néglige son hygiène ?

Lorsque la personne aidante constate que le malade oublie de passer par la salle de bain, inutile de forcer la main du patient: "Les automatismes de ce genre de geste étant solidement ancrés, il faut simplement les réactiver, explique Philippe Desfontaines. Une simple incitation suffit, comme emmener le malade dans la salle de bain ou lui mettre entre les mains le matériel utile, type gant ou savon, explique Philippe Desfontaines." Une consigne d'autant plus importante à respecter que les malades préfèrent conserver leur autonomie lors de cette activité intime.

A un stade plus avancé de la maladie, l'aidant devra être plus présent dans le maintien de l'hygiène. La vigilance en cas de problèmes d'incontinence sera notamment renforcée, car les patients Alzheimer n'ont souvent pas conscience qu'ils ont 'sali' leurs vêtements et qu'ils doivent se changer.

Calme et douceur indispensables

Et là aussi, douceur et calme sont de rigueur. "Cela évite de créer un climat de panique qui peut s'installer quand le malade se sent obligé d'accomplir une tâche dont il ne perçoit plus l'intérêt", souligne Philippe Desfontaines.

Enfin, l'hygiène buccale est aussi à surveiller attentivement. Le brossage de dents est particulièrement important, un manque d'entretien de la bouche pouvant rapidement déboucher sur des douleurs dentaires et des problèmes de mastication.

L'accompagnement dans la prise en charge de l'hygiène n'est donc pas à négliger. En entretenant celle-ci, les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer seront stimulées pour conserver plus longtemps la conscience de leur propre corps et de leur image. Et l'épreuve de la maladie sera physiquement moins contraignante à endurer.

Jonathan Barbier

Publicité
Les maladies de A à Z