Zoom

Une piste prometteuse pour le dépistage par IRM

L'apparition de la maladie d'Alzheimer pourrait être prédite par la mesure du cortex réalisée par IRM. Un logiciel aux résultats prometteurs est en phase de test.

En termes de lutte contre la maladie d'Alzheimer, l'un des défis majeurs de la recherche repose sur le diagnostic. A l'heure actuelle, celui-ci est essentiellement basé sur les symptômes du patient et les tests de mémoire. Plusieurs études ont, par le passé, tenté de prévoir l'apparition de la maladie en observant certaines zones du cerveau grâce à l'imagerie médicale. Le volume de l'hippocampe, en tant que centre stratégique de la mémoire et zone prioritairement atteinte par la maladie, a longtemps intéressé les scientifiques. Le hic: La taille de l'hippocampe peut considérablement varier d'un individu à l'autre. Certaines personnes saines auront ainsi un hippocampe plus petit que celui d'un malade. La mesure de cette zone est donc trop aléatoire.

Le cortex, zone d'étude

Une équipe de chercheurs de l'Inserm de Toulouse vient de mettre au point une  nouvelle méthode de diagnostic à partir de l'imagerie par résonance magnétique (IRM)*. Plutôt que l'hippocampe, les scientifiques ont décidé de mesurer le cortex, dont l'épaisseur varie peu entre les personnes. Pour affiner leurs prévisions, ils ne se sont intéressés qu'à certaines zones précises, celles qui sont les plus atteintes par le développement de la maladie.

Un pronostic valide 3 fois sur 4

Pour cette expérience à grande échelle, l'équipe de l'Inserm a utilisé les données d'un large échantillon de sujets américains. Présentant des troubles légers de la mémoire, ils ont été suivis durant 2 ans. Résultat: la mesure de l'épaisseur corticale grâce à l'IRM a permis de prédire, dans 76% des cas, l'évolution du patient vers une démence de type Alzheimer.

Ce taux de réussite est même probablement supérieur: selon les chercheurs, il est fortement envisageable que plusieurs cas considérés «suspects» par le logiciel de mesure finissent par développer la maladie au-delà des deux années de suivi prévues pour le test.

Un diagnostic réalisé en un temps record

La mesure du cortex par IRM est donc prometteuse. D'autant plus que l'examen est réalisé en un temps record - à peine 20 minutes. Principal avantage: le diagnostic établi de manière précoce permettrait aux personnes suspectées de déclarer la maladie d'anticiper leur suivi et leur prise en charge, qu'elle soit médicamenteuse ou sociale.

Selon les chercheurs, cette nouvelle technique sera notamment profitable aux personnes ayant un haut niveau d'éducation. Chez elles, la progression de la maladie est souvent camouflée par leur «réserve cognitive». Résultat: le diagnostic intervient souvent alors que la maladie a déjà atteint un stade avancé.

La fiabilité de cette technique doit néanmoins encore être confirmée par d'autres études.

Jonathan Barbier

*Early diagnosis of Alzheimer's disease using cortical thickness: impact of cognitive reserve.- Querbes O. et col. - Brain. 2009 Aug;132(Pt 8):2036-47.

Publicité
Les maladies de A à Z