Zoom

iStock_000010042837Small_493x200

Portables: des ondes bienfaitrices?

On les croyait néfastes pour l'organisme. Mais selon une étude américaine, les ondes électromagnétiques protégeraient contre la maladie d'Alzheimer.

Les ondes électromagnétiques constituent-elles une piste de traitement contre la maladie d'Alzheimer? C'est en tout cas la question soulevée par les résultats d'une étude américaine publiée il y a quelques semaines. Soucieux d'étudier la toxicité des téléphones portables pour la mémoire, les chercheurs ont étudié 96 souris, dont certaines étaient déjà malades et une bonne partie avait été génétiquement modifiée pour déclarer une maladie d'Alzheimer.Les cobayes ont été soumis aux ondes électromagnétiques émises par une antenne à raison de 2 heures par jour pendant 7 à 9 mois. A titre de comparaison c'est un peu comme si des êtres humains étaient restés plusieurs heures par jour au téléphone, pendant plusieurs années.

Une barrière contre la maladie

Contre toute attente, les souris génétiquement modifiées ont été protégées de la maladie. Les résultats de leurs tests de mémoire n'avaient d'ailleurs rien à envier à ceux des souris saines. Mieux: les souris déjà malades ont retrouvé une partie de leur mémoire. Dans leur cerveau, les plaques amyloïdes, caractéristiques de la maladie d'Alzheimer, ont régressé.

Un réchauffement du cerveau

Comment expliquer de tels résultats? Selon les chercheurs, les ondes électromagnétiques entraîneraient un réchauffement de la température du cerveau, provoquant la destruction des cellules amyloïdes.

A confirmer

Prometteurs, ces résultats doivent néanmoins être confirmés. Et surtout, ils doivent encore être vérifiés sur l'homme: les caractéristiques de la maladie d'Alzheimer chez les souris ne sont pas complètement semblables à celles rencontrées chez les patients. En attendant des conclusions plus probantes, il vaut mieux donc éviter de s'exposer abusivement aux ondes électromagnétiques: elles sont suspectées par certains spécialistes de provoquer des tumeurs et de perturber les fonctions cellulaires du cerveau.

Publicité
Les maladies de A à Z