Zoom

La maladie d'Alzheimer, un diabète de type III?

Selon une récente étude réalisée sur des rats, il existerait une relation entre l'insuline produite dans le cerveau et l'apparition de la maladie d'Alzheimer. Des chercheurs de l'Université de Brown aux Etats-Unis vont ainsi jusqu'à suggérer que la maladie d'Alzheimer serait en réalité un diabète de type III, une sorte de diabète du cerveau...

Rappelons que le diabète est une maladie due à une carence ou à une mauvaise utilisation de l'insuline, une hormone permettant aux cellules du corps d'utiliser le sucre ou glucose contenu dans l'alimentation. Cette anomalie entraîne une augmentation permanente du taux de sucre dans le sang (hyperglycémie), ce qui a de multiples conséquences néfastes sur l’organisme.

Il existe plusieurs types de diabète: le diabète de type 1, ou diabète insulinodépendant, qui se déclare souvent dans l'enfance ou l'adolescence et nécessite toujours des injections quotidiennes d’insuline et le diabète de type II qui est essentiellement lié au surpoids et se traite par des médicaments à prendre par voie orale (mais aussi parfois par insuline).

L'insuline en cause

Si nous savons que l'insuline est sécrétée par le pancréas, des scientifiques ont observé depuis peu que le cerveau aussi produit de l'insuline. Ainsi, au cours de cette étude, l’équipe du Pr de la Monte de l'Université de Brown aux Etats-Unis a administré à des bébés rats un poison qui détruit les cellules initiant la production d'insuline dans le cerveau. En grandissant, ces rats ont développé une altération du cerveau similaire à celle provoquée par la maladie d'Alzheimer. Par ailleurs, le Pr de la Monte et ses collègues ont pu démontrer que, dans le cas de la maladie d’Alzheimer, il existait une baisse de l'utilisation du glucose par le cerveau. Cette baisse apparaît très précocement au cours de la maladie et s'aggrave au fur et à mesure que la pathologie progresse. Il existerait donc une relation entre l'insuline produite dans le cerveau et l'apparition de la maladie d'Alzheimer.

Des traitements à l’essai

Actuellement, l'équipe du Pr de la Monte teste avec succès sur les rats un traitement, similaire à celui fréquemment utilisé dans la prise en charge du diabète de type II, qui augmente la sensibilité à l’insuline des cellules du cerveau. Le Pr de la Monte ajoute: "Si l'on pouvait traiter les patients Alzheimer dans les premiers stades de la maladie contre la destruction des cellules productrices d'insuline dans le cerveau, on pourrait bloquer la seconde phase de la maladie, celle qui est principalement responsable de l’apparition de la démence". Bien entendu, il n'existe aucune preuve que les substances utilisées sur les rats puissent fonctionner dans le cas de la maladie d'Alzheimer, puisque ce traitement n'a encore jamais été expérimenté sur des êtres humains. Cette découverte constitue néanmoins une nouvelle piste dans la lutte contre la maladie d'Alzheimer.

Judith Lachterman
Journaliste santé

 

SOURCES: De La Monte, S.M., Journal of Alzheimer's Disease, September 2006; vol 10: pp 89-109. News release, Rhode Island Hospital.

 

Publicité
Les maladies de A à Z