Zoom

Bien réveillonner avec un patient Alzheimer

Certaines familles souhaitent partager les fêtes de fin d'année avec leur proche souffrant de la maladie d'Alzheimer. Or, lorsque cette personne réside dans une institution spécialisée, une telle "invitation" requiert quelques aménagements.

Convier un patient aux célébrations familiales relève d’un sentiment généreux. Pourtant, le retirer de l’institution qui assure son suivi, même le temps d’un dîner ou d’un déjeuner, peut constituer un choc. “D‘une manière générale, il est recommandé de ne pas bousculer les habitudes des patients Alzheimer, car ils ont besoin de repères solides“, rappelle Pascale Cornette, gériatre et responsable de l’unité de gériatrie des Cliniques Universitaires Saint-Luc, à Bruxelles. “S’il a des difficultés à reconnaître son entourage, le fait de se retrouver avec beaucoup de monde autour de lui peut être perturbant“, ajoute la spécialiste.

Néanmoins la décision de mêler un patient à ce genre d’événement doit être prise au cas par cas. “Si le patient voit sa famille régulièrement à l’extérieur de sa maison de repos, il n’y aura par exemple aucun problème à le convier à un réveillon ou une autre fête de ce genre“, souligne ainsi Pascale Cornette.

Respecter les rythmes du patient

Dans tous les cas, il faudra veiller à ne pas l’exposer au bruit et à respecter son rythme de vie: horaire de prise de médicaments, du déjeuner ou encore du coucher. Dormir à l’extérieur peut d’ailleurs être une source d’angoisse pour certains patient Alzheimer. “Il risque de se lever durant la nuit. Et s’il ne retrouve pas ses marques, cela pourrait l’apeurer ou le destabiliser“, note la spécialiste. Mieux vaut donc le ramener dormir à l’institution qui le prend en charge habituellement.

Alcool, oui… avec modération

Durant le déjeuner ou la soirée, inutile d’interdire au patient de trinquer. A condition de l’empêcher de dépasser certaines limites. “L’alcool peut avoir un effet révélateur de certains symptômes, note Pascale Cornette. Les personnes souffrant de la maladie d'Alzheimer peuvent en boire, mais avec beaucoup de modération“.

Si le patient montre des signes de panique ou d’agressivité pendant la fête, veillez à le conduire à l’écart, dans un endroit plus calme où il pourra se détendre. “Il ne faut surtout pas le brusquer et le culpabiliser. Il n’est pas simple pour lui de se retrouver dans un environnement qu’il maîtrise mal.“ Là aussi, un retour à l’institution, quitte à écourter la fête, sera une décision judicieuse.

Réveillonner en institution

D’ailleurs, une alternative est possible pour les proches:  “Ils peuvent se déplacer à l’institution. Le personnel organise toujours des soirées de réveillon. Ils y seront très  bien accueillis“. Et la personne souffrant de la maladie d’Alzheimer conservera ses repères.

Jonathan Barbier

Publicité
Les maladies de A à Z