Zoom

testament_493x200

Alzheimer: bien s’y prendre pour son testament

La maladie d’Alzheimer peut remettre en question votre testament. Que faire pour éviter que vos volontés soient contestées?

La maladie d’Alzheimer affecte, on le sait, les capacités cognitives et de jugement des personnes qui en souffrent. Mais jusqu’à quel point? Dans certains cas, la réponse reste floue… Si vous souhaitez rédiger votre testament, certaines petites mesures peuvent se révéler utiles afin de bétonner vos volontés.

Lucidité obligatoire

Impératif pour qu’un testament soit valide: la personne doit être lucide au moment où elle rédige son testament, mais aussi au quotidien. On comprend dès lors pourquoi la maladie d’Alzheimer peut remettre en cause la validité d’un tel document. À partir de quel moment un patient n’est-il plus assez lucide pour donner force de loi à ses volontés? Vaste question… Des solutions existent toutefois pour minimiser le risque de contestation.

Le notaire: une aide précieuse

Il existe deux types de testaments. Le testament holographe est un simple document écrit de la main de la personne. Le testament authentique par contre est directement dicté à un notaire. Les deux testaments ont la même force légale. Mais dans le second cas, la présence du notaire est un plus. Celui-ci doit en effet s’assurer que la personne qui lui dicte ses volontés est lucide. Il pose donc une série de questions destinées à s’assurer que la personne sait ce qu’elle fait. Il est également assisté de deux témoins qui pourront attester si besoin que le testateur (la personne qui fait son testament) était conscient de ses actes.

Certificat médical ou pas?

Le certificat médical n’est pas obligatoire dans le cadre d’un testament. Par contre, c’est un argument de plus en votre faveur. Le médecin (généraliste, neurologue…) est en effet habilité à juger de la fréquence d’éventuelles absences et de la lucidité générale de son patient. Il peut donc par le biais d’un certificat médical attester que son patient est capable de prendre une telle décision.

Et si le patient est sous administration provisoire?

Lorsque le patient est sous administration provisoire, le juge de paix peut, suite à une requête de la part de son administrateur, lui accorder exceptionnellement le droit de faire son testament. La procédure est toutefois plus complexe. Il vaut donc mieux s’y prendre au plus tôt. Même si le sujet n’est pas forcément des plus agréables, régler les détails de votre succession à l’avance permettra peut-être d’éviter des tracas à vos proches.

Publicité
Les maladies de A à Z