Zoom

Troubles physiques: un facteur de risque parmi d'autres

À en croire une étude américaine effectuée pendant six ans sur plus de 2000 personnes âgées, il se pourrait que les premiers symptômes de la maladie d'Alzheimer se révèlent davantage physiques que mentaux. Selon le Dr Adrian Ivanoiu, neurologue à Saint-Luc, il s'agit pourtant d'un leurre qui ne modifie en rien la pratique clinique et le diagnostic.

"Chez les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, les fonctions du corps sont préservées plus longtemps que les fonctions mentales. Ce n'est qu'à partir d'un stade plus avancé de la maladie que les patients connaissent des troubles d'équilibre, de la marche, des gestes... Mais ces troubles ne sont jamais précoces – et si c'est le cas, c'est très subtil et tout à fait vivable. À ce stade, ils peuvent se manifester par de la fatigue, tout au plus...", précise le spécialiste. Quels enseignements peut-on dès lors tirer de l'étude effectuée par les chercheurs de l'Université de Washington? Le Dr Ivanoiu insiste: "L'étude prouve simplement que parmi les facteurs de risque possibles, on peut ajouter celui de la mauvaise forme physique... Mais ce n'est en aucun cas la cause première de la maladie!" D'autant que les patients de cette étude qui sont devenus déments durant la période de suivi cumulaient les antécédents dès le départ : performances cognitives plus basses, risque génétique plus élevé, antécédents cardiovasculaires.

Le cumul des risques

"Même s'il est toujours préférable de mener une vie la plus saine possible, il n'est pas possible d'affirmer que faire du sport tous les jours diminue significativement les risques de développer la maladie d'Alzheimer", précise encore le Dr Ivanoiu. "Il est par contre conseillé aux patients qui cumulent différents problèmes pouvant mener à l'apparition de la maladie d'Alzheimer d'essayer de diminuer le nombre des facteurs de risque auxquels ils sont soumis... Il est donc important de prendre conscience que l'inactivitéphysique pourrait en être un." Autrement dit, "cette étude ne modifie en rien la méthode utilisée pour le diagnostic des patients: elle montre simplement que les populations les plus victimes de démence sont celles qui cumulent toute une série de facteurs négatifs, dont celui de la fragilité physique. Pas de quoi s'alarmer, donc: la maladie d'Alzheimer n'est jamais la conséquence d'un manque d'exercice et/ou de fatigue physique, et ses premiers symptômes restent bel et bien mentaux. Qu'on se le dise!

Grégory Escouflaire

Source: Wang, L. Archives of Internal Medicine, May 22, 2006; vol. 166: pp 1115-1120.

Publicité
Les maladies de A à Z