Zoom

Voyager avec un patient Alzheimer

Les voyages avec un patient Alzheimer ne sont pas à exclure, surtout au stade débutant de la maladie. Le séjour peut d'ailleurs lui procurer beaucoup de plaisir. Pour des vacances pleinement réussies, voici néanmoins quelques précautions suggérées par Marguerite Mormal, présidente de l'association Alzheimer Belgique.

A l'approche de la période des vacances s'immisce l'envie d'évasion dans l'esprit de beaucoup d'aidants, et parfois de malades Alzheimer eux-mêmes. Pourquoi pas? "Si à un stade sévère, il vaut mieux laisser le patient dans un environnement connu, partir en voyage au début de la maladie ne pose a priori aucun problème. D'autant plus si la personne a confiance en ses proches et se sent sécurisée par leur présence", précise Marguerite Mormal, présidente d'Alzheimer Belgique. Néanmoins, certains points sont à prendre en considération pour que tout se déroule au mieux.

 

Une tierce personne

Marguerite Mormal conseille: "Il vaut mieux éviter de partir seul avec la personne atteinte de la maladie d'Alzheimer. Il est en effet préférable de se faire accompagner par un membre de la famille ou un ami. Ainsi, cela permettra la présence constante d'une personne auprès du patient. Par ailleurs, cela permettra aussi à l'aidant de s'échapper de temps en temps de son rôle de garde-malade pour profiter, lui aussi, des vacances".

 
Pied levé!

La personne démente se fatigue très rapidement. Concernant le type de séjour, Marguerite Mormal préconise donc un "voyage repos". Un séjour où le malade a le temps de s'installer et de prendre ses repères. Pas question de changer d'endroits tous les jours! "Il vaut mieux opter pour un voyage tranquille, tel un séjour à la mer ou en Espagne (apéritif, sieste, promenade…). A l'inverse, il faut éviter les excursions et visites guidées. Le patient Alzheimer n'en profitera pas car il n'est plus capable de suivre". Autre conseil: lors des promenades, il faut multiplier les arrêts pour permettre au patient Alzheimer de se reposer. En résumé: il faut résister à la tentation d'en faire le plus possible sur une journée.

 

Habitudes et repères

Il est par ailleurs fortement conseillé de garder le même rythme de vie. Il est en effet très important que le malade se sente dans un univers de stabilité. "Il ne faut surtout pas tout bouleverser. Il faut au contraire prévoir les troubles que pourrait occasionner le changement de lieu en conservant certaines habitudes du patient Alzheimer." Se lever et manger aux mêmes heures par exemple, ou bien encore emmener la nourriture que le malade apprécie.

 

En solitaire

Et dans le cas où le patient a déjà atteint un stade sévère de la maladie, l'aidant ne doit pas non plus hésiter à prendre des vacances… seul cette fois! Marguerite Mormal est convaincue: "Bien souvent, l'aidant n'ose pas ou culpabilise de laisser seul le malade. Or s'évader quelques jours est absolument recommandé! Pour pouvoir se ressourcer, reprendre des forces, se changer les idées…". Et de mentionner l'association "Baluchon Alzheimer" qui assure un accompagnement à domicile 24 heures sur 24. Ce remplacement temporaire de l'aidant principal offrant à celui-ci une belle possibilité de prendre quelques jours de répit.

 

 

Karell Robert

Journaliste santé

 

 

http://www.alzheimerbelgique.be

http://www.baluchon-alzheimer.be

Publicité
Les maladies de A à Z