Témoignages

iStock_000003699162XSmall

Ma présence la réconforte

Corinne, 42 ans

La maladie a rendu la mère de Corinne méconnaissable. Pour conserver une image positive, sa fille a d'abord préféré éviter tout contact avec elle. Avant de finalement faire face à l'épreuve.

"Assommée par l'annonce du diagnostic"

Ma mère a toujours été une femme de caractère, élégante et très cultivée. Nous avons appris qu'elle était atteinte de la maladie d'Alzheimer alors qu'elle avait 60 ans. J'ai été littéralement assommée par l'annonce du diagnostic. A la suite de fugues répétées, nous avons dû nous résoudre à la confier à une institution.

"J'ai décidé de ne pas lui rendre visite"

Lorsque nous l'avons placée, elle était devenue méconnaissable. Elle ne savait plus que j'étais sa fille. Pour garder une belle image d'elle, j'ai décidé de ne pas lui rendre visite. Mon père allait la voir tous les jours mais je lui interdisais de m'en parler, c'était au-dessus de mes forces. Et puis, petit à petit, j'ai décidé de faire face.

"Des besoins qui sont ceux d'un enfant"

Aujourd'hui, lorsque je m'assois à côté d'elle, je lui parle avec douceur et j'aperçois parfois dans son regard une lueur de joie. Je ne crois pas qu'elle me reconnaisse, mais je sais que ma présence lui procure du réconfort. Elle a des besoins qui sont ceux d'un enfant, ce qui m'amène à m'en occuper un peu comme si j'étais devenue sa mère.

Publicité
Les maladies de A à Z