Traitement

La chirurgie

Dernier recours: la chirurgie

Lorsque la douleur devient insupportable, que la raideur de l'articulation est telle que la mobilité est extrêmement diminuée et que les lésions constatées à la radiographie sont très importantes, le médecin peut opter pour la chirurgie. Ce choix dépend également de l'âge de la personne, de sa profession, d'autres maladies présentes...

La chirurgie préventive

La chirurgie préventive peut servir à réduire des déformations ou malformations pouvant provoquer une arthrose: luxation congénitale ou malformations de la hanche, défauts mécaniques du genou (genu varum, valgum) ou séquelles traumatiques.
À mi-chemin entre la chirurgie préventive et curative, l'arthroscopie permet, grâce à un tube introduit dans l'articulation, d'évaluer les dégâts articulaires et de retirer des éventuels fragments osseux et cartilagineux, vecteurs d'inflammation.

La chirurgie conservatrice

Dans les cas d'arthrose de la hanche et du genou, le chirurgien peut également préconiser une ostéotomie. Cette opération de récession des os a pour objectif de modifier l'axe de l'articulation. Une fois les os sectionnées, ils sont réalignés et fixés par des vis, des agrafes ou une plaque. Cette opération a pour effet majeur de stabiliser l'évolution de la maladie mais aussi d'en diminuer les douleurs.

La pose de prothèse

En dernier recours, lorsque les articulations sont trop endommagées, le chirurgien peut procéder au placement d'une prothèse totale de la hanche ou du genou. L'inconvénient de la prothèse est sa durée de vie réduite: 15 ans environ. On en préconise donc le placement chez les sujets âgés en préférant les autres méthodes de traitement chez les patients plus jeunes.

Ecrit par Stéphanie KoplowiczLire l’article suivant

Pour suivre l'actualité médicale, abonnez-vous aux newsletters MediPedia.
iStock_000010298397XSmall
Les maladies de A à Z