Zoom

La biothérapie contre l'asthme sévère allergique | Biotherapie voor ernstige allergische astma

La biothérapie contre l'asthme sévère allergique

Les traitements biologiques sont de plus en plus utilisés pour maîtriser les symptômes de l'asthme sévère d'origine allergique. Zoom sur cette nouvelle gamme de médicaments.

Asthme sévère: la qualité de vie altérée

Les personnes atteintes d'asthme sévère ont des symptômes particulièrement prononcés et persistants, qui entravent leur qualité de vie. Parmi ces symptômes: des plaintes (respiration sifflante, toux, sensation d'essoufflement...) fréquentes en journée et la nuit; une obstruction des bronches quasi-permanente; une détérioration rapide de la fonction respiratoire dès que l'on diminue le traitement ou encore de fréquentes exacerbations (accentuations brutales des symptômes), susceptibles d'entraîner une altération importante de la qualité de vie, des visites répétées aux urgences voire des hospitalisations…

Asthme sévère: une maladie difficile à contrôler

Pour contrôler un asthme sévère, de multiples facteurs doivent être maîtrisés. Il faut donc:

  • s’assurer que les médicaments sont pris correctement, régulièrement et aux bonnes doses,
  • écarter les facteurs irritants (fumée de cigarette par exemple) mais aussi les allergènes (poils d’animaux, pollen, acariens…) en cas d’asthme allergique.

Asthme sévère sous contrôle: une combinaison de médicaments

En cas d'asthme sévère, les corticoïdes inhalés (qui diminuent l'inflammation) sont associés à l'utilisation d'un bronchodilatateur à longue durée d'action (qui relâche les muscles des bronches). Cependant, les symptômes de l'asthme sévère peuvent rester anormalement fréquents en dépit des traitements instaurés. On parle alors d’«asthme sévère mal contrôlé». Le traitement doit dans ce cas généralement être réévalué.

Le recours aux corticoïdes systémiques  (pris par voie orale) peut notamment être envisagé. Ces médicaments anti-inflammatoires agissent, comme les corticoïdes inhalés, sur l'inflammation des bronches. Le hic: l’utilisation de cortisone par voie orale, au long cours, s'accompagne d'effets secondaires importants: ostéoporose, diabète, atrophie cutanée (amincissement de la peau), prise de poids, hypertension artérielle...

Asthme sévère allergique: l'émergence des biothérapies

Depuis une dizaine d'années, de nouveaux médicaments sont utilisés en cas d’asthme sévère allergique. Il s'agit des «traitements biologiques».

Parmi ces médicaments nouvelle génération, seul l'Omalizumab (Anti-IgE) est actuellement remboursé par l'INAMI pour les cas d'asthme sévère allergique nécessitant régulièrement le recours aux corticoïdes systémiques. Ce traitement additionnel au traitement de fond est administré sous forme d'injection sous-cutanée, une à deux fois par mois.

Le mode d'action des Anti-IgE?

Les Anti-IgE sont des anticorps monoclonaux, c'est-à-dire des molécules qui ressemblent aux anticorps que fabrique naturellement notre corps en cas d’infection, par exemple. Ces anticorps monoclonaux sont programmés pour reconnaître et neutraliser une cible spécifique. Ici, l'Anti-IgE est dirigé contre un autre anticorps, l'Immunoglobuline E (IgE).

Chez les personnes atteintes d'asthme, l'IgE est produite par les globules blancs en réaction à l'exposition à un allergène comme les poils d’animaux, le pollen, les acariens… Elle joue un rôle central dans le déclenchement de la cascade de réactions inflammatoires responsables des symptômes de l’asthme. En enrayant l'action de ces anticorps (les IgE) par un autre anticorps, l'Anti-IgE bloque l'activation de cette cascade allergique.

Anti-IgE: quels effets secondaires?

Les effets secondaires des Anti-IgE sont faibles à modérés. Des réactions cutanées locales au site d'injection sont néanmoins possibles.

Des réactions anaphylactiques (exacerbation de l'allergie) ont aussi été observées chez moins de 1% des patients, raison pour laquelle ceux-ci doivent rester sous observation après les premières injections.

Anti-IgE: quels résultats?

Les Anti-IgE entraînent une diminution de la fréquence des exacerbations et des hospitalisations, améliorant la qualité de vie des personnes atteintes d'asthme allergique sévère. Ils permettent en outre de diminuer le recours aux corticoïdes systémiques et, par conséquent, de limiter les effets secondaires que ces médicaments entraînent sur le long terme.

Publicité
Les maladies de A à Z