Zoom

asthme-professionnel-beroepsastma_940x400

Quand votre profession vous donne de l’asthme…

L’asthme professionnel est la maladie respiratoire la plus fréquente chez les travailleurs dans les pays industrialisés. Quelles sont les caractéristiques de ce type d’asthme et comment le traiter?

L’asthme professionnel: le travail en cause

L’asthme est une maladie inflammatoire qui provoque le rétrécissement des voies respiratoires. Les crises d’asthme peuvent être sévères et aller jusqu’à mettre la vie du patient en danger. «Dans certains cas, c’est le milieu professionnel qui est à l’origine de l’asthme», explique le Pr Walter Vincken, chef de service Pneumologie à l’UZ Brussel. En cause: une réaction immunologique à des substances allergisantes présentes sur le lieu de travail: persulfate, farine, latex… Les symptômes de ce type d’asthme apparaissent généralement après plusieurs mois ou années au contact de ces substances. «Les coiffeurs avec les persulfates, les boulangers avec la farine et les infirmiers ou médecins avec le latex, notamment, sont les plus à risque.»
Une autre variante de l’asthme professionnel, plus rare, peut être provoquée par une exposition accidentelle aiguë à des substances irritantes comme les vapeurs de chlore, les fumées de combustion, etc. Les symptômes de cette forme d’asthme, appellée «asthme profesionnel sans période de latence» (ou Syndrome de dysfonction réactive des voies aériennes) se manifestent immédiatement après l’exposition à la substance.

Comment reconnaître un asthme professionnel?

Une série de questions peut mettre le médecin sur la piste d’un asthme professionnel. «L’asthme est-il apparu après le début de l’activité professionnelle incriminée? Lors d’un précédent travail, le patient avait-il aussi des plaintes d’asthme? Les symptômes apparaissent-ils au contact de certaines substances? Les symptômes s’améliorent-ils quand le patient n’est pas à son travail? Etc.»
Le médecin peut ensuite procéder à une série de tests afin de confirmer le diagnostic.

«Une première option consiste à équiper le patient d’un spiromètre. Cet appareil mesure le flux d’air maximum qu’une personne peut produire en expirant. Le débit d’air se réduit en cas d’asthme. Cette mesure permet donc au patient de connaître les variations de sa fonction pulmonaire pendant la journée. Le patient doit mesurer plusieurs fois par jour son débit expiratoire de pointe pendant et en dehors de son travail. Des variations importantes peuvent mettre sur la voie d’un asthme profesionnel», explique le Pr Vincken. «Un diagnostic d’asthme professionnel peut également être posé en réalisant un test de provocation au cours duquel le patient est exposé à la substance suspectée (farine, latex…). Le médecin vérifie alors si elle provoque de l’asthme chez son patient.»

Comment traite-on l’asthme professionnel?

«Comme dans le cas de l’asthme ordinaire, la principale mesure consiste à éviter l’exposition à la substance en cause. Les symptômes s’améliorent alors généralement. Il est le plus souvent recommandé au patient de changer d’orientation professionnelle», précice le Pr Vincken. Mais dans certains cas, comme l’allergie au latex, il suffit, par exemple, d’utiliser des gants médicaux qui en sont dépourvus.
Si ce n’est pas possible ou si les symptômes persistent, l'asthme professionnel peut être traité au moyen de médicaments. Depuis quelques années, de nouveaux traitements biologiques sont utilisés pour améliorer le contrôle de l'asthme sévère allergique, en complément des traitements classiques de l’asthme. 

Une indemnisation pour l’asthme professionnel?

S’il est prouvé de façon objective (résultats du test de spirométrie et/ou du test de provocation) que la cause de l’asthme est liée à l’environnement de travail, le Fonds des maladies professionnelles va reconnaître l’asthme en tant que maladie professionnelle. Une indemnisation peut, dans ce cas, être obtenue. Plus d’infos sur www.fmp-fbz.fgov.be.

Publicité
Les maladies de A à Z