Magie ou blues de Noël?

depression-noel-depressie-kerstmis_428x229
23/12/2011

Ah Noël et son folklore... Eclairages et décorations féériques, les marchés de Noël et leurs incontournables vins chauds. Des conifères derrière chaque fenêtre et le traditionnel repas en famille. De quoi nous mettre du baume au cœur en cette fin d'année pluvieuse!

Pourtant, à côté des férus de la magie de Noël, nombreux sont ceux qui associent les fêtes de fin d'année avec une baisse sévère du moral! D'ailleurs, les médias multiplient les articles d'astuces pour nous aider à survivre au redoutable "blues de Noël". A tel point qu'on serait tenté de se demander: existe-t-il vraiment un "syndrome dépressif de Noël"?

Plusieurs études sur le sujet on cherché à élucider cette croyance populaire… Verdict: la période des fêtes coïncide au contraire avec une faible incidence de suicides et d'hospitalisations psychiatriques.  Le nombre de consultations dans les services d'urgences psychiatriques diminue même quelques semaines avant Noël, pour remonter ensuite. C'est sûr, même si les chants mielleux et "l'esprit de Noël" vous donnent la nausée,  il n'y a pas de quoi se donner la mort ou tomber en dépression!

Il n'empêche, Noël comporte sa dose de stress! Flocons ou pas dehors, notre compte en banque fond comme neige au soleil au fil des journées passées à arpenter les échoppes bondées pour trouver "le" cadeau idéal pour chacun. Entre l'emballage des cadeaux, la décoration du sapin, les préparatifs du repas et la course pour tout boucler avant le jour J, Noël semble plus épuisant qu'autre chose…

Alors tenez bon pour la dernière ligne droite, vous y êtes presque! Samedi soir, respirez profondément, saisissez une coupe et lâchez prise! C'est Noël, tout de même…

 

Sources http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7316683 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10611769

Plus d'info

Laisser un commentaire
Publicité
La pathologie de la semaine
dmla_intro

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la première cause de déficience visuelle grave après 60 ans en Belgique. Cette maladie, parfois à l’origine d’une perte d’autonomie importante, reste pourtant méconnue.
Heureusement, des traitements existent pour certaines formes de DMLA. Ils permettent de freiner son évolution, voire dans certains cas de récupérer un peu de l’acuité visuelle perdue! Mais pour cela, il est primordial d’intervenir au plus vite.

Les maladies de A à Z