Arrêté pour conduite en état… grippal?

conduire-grippe-rijden-griep_428x229
12/01/2012

Secoué de frissons fiévreux, les yeux bouffis, le sinus complètement bouchés, la tête dans un étau… Il faut bien l'avouer, lorsque nous souffrons d'une grippe ou d'un rhume carabiné, nous ne sommes pas à 100% de nos capacités!

Une société d'assurance l'a bien compris et a peut-être trouvé une faille intéressante pour refuser d'indemniser certains de ses assurés en cas d'accident… Elle a demandé à des scientifiques d'étudier les effets de l'état grippal sur la conduite. Leur verdict est sans équivoque: conduire malade présenterait autant de risques que prendre le volant en ayant bu quatre double whiskies!

Diminution de la vitesse de réaction, coups de volants moins précis et freinages brusques plus fréquents… D'après les expériences réalisées, les conducteurs grippés sont beaucoup moins concentrés et moins conscients de la circulation qui les entoure. A tel point qu'ils perdraient environ 50% de leur aptitude à conduire! Un état similaire… à l'ébriété!

Alors… La conduite en état grippal, une future infraction du code de la route? Pas sûr que les agents de circulation troqueront un jour les alcootests contre des thermomètres! Mais si un policier vous attrape au volant en pleine crise d'éternuements, il pourrait quand même bien vous stopper net. En effet, ce type de crise peut vous forcer à fermer involontairement les yeux pendant quelques secondes… Or, avec vos capacités de réaction qui tournent déjà au ralenti en cas de rhume, le risque de casse n'est pas négligeable. Sans parler des éventuels effets soporifiques des médicaments pris pour vous "requinquer"!

Si vous manquiez d'arguments pour votre employeur… en voilà un qui tient la route! La prochaine fois que vous êtes coincé par une grippe au fond de votre lit, restez-y!

Pour en savoir plus sur le rhume

Sources
*Communiqué de presse - Young Marmalade
*Alan Smith, Effects of common cold on simulated driving, Cardiff University.
Laisser un commentaire
Publicité
La pathologie de la semaine
dmla_intro

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la première cause de déficience visuelle grave après 60 ans en Belgique. Cette maladie, parfois à l’origine d’une perte d’autonomie importante, reste pourtant méconnue.
Heureusement, des traitements existent pour certaines formes de DMLA. Ils permettent de freiner son évolution, voire dans certains cas de récupérer un peu de l’acuité visuelle perdue! Mais pour cela, il est primordial d’intervenir au plus vite.

Les maladies de A à Z