Les vieux? Pas complètement gaga!

cerveau-seniors-rapides-hersenen-senioren-snel_428x229
06/01/2012

Certains roulent à 90 sur l'autoroute, d'autres mettent une éternité à compter leur monnaie à la caisse, d'autres encore se lèvent au moins 3 arrêts avant le leur pour être certain d'avoir le temps de sortir du bus... Tout porte à croire que le cerveau des personnes âgées est un peu plus lent à la détente!

Les études sur la question sont d'ailleurs sans appel : si vous comparez la vitesse de prise de décision d'un trentenaire avec celle d'un octogénaire, le troisième âge se fait battre à plat de couture! Et pourtant...

Une nouvelle étude montre que le cerveau des personnes âgées répond en fait aussi vite que celui d'un adulte de 25 ans, en tout cas pour des tâches cognitives simples comme reconnaître un mot par exemple. S'ils sont plus lents, c'est seulement parce qu'ils prennent plus le temps de réfléchir avant de répondre, par crainte de se tromper.
En effet, lors de tests cognitifs similaires, les participants âgés encouragés à répondre plus vite devenaient aussi rapides que les jeunes! Tout en gardant un taux d'exactitude exemplaire! Preuve que le cerveau de nos ainés n'est pas si ralenti que ça...

Finalement, la différence entre jeunes et vieux serait donc que les premiers s'avèrent de véritables têtes brûlées alors que les seconds ont appris à prendre le temps de tourner 7 fois leur langue dans leur bouche avant de parler?

Pas seulement! L'âge fait bien décliner la qualité de certaines facultés cognitives, comme la capacité d'attention par exemple.
Mais il ne provoque pas de réels troubles cognitifs, comme c'est le cas chez les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, véritable forme de démence. Néanmoins, l'amalgame est vite fait, cette maladie étant très fréquente parmi les plus de 75 ans.

Alors, la lenteur des seniors, un signe de sagesse? Pourquoi pas...

Source:
Jeffrey J. Starns, Roger Ratcliff, Gail McKoon. Evaluating the unequal-variance and dual-process explanations of zROC slopes with response time data and the diffusion model. Cognitive Psychology, 2012; 64 (1-2): 1
Laisser un commentaire
Publicité
La pathologie de la semaine
dmla_intro

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la première cause de déficience visuelle grave après 60 ans en Belgique. Cette maladie, parfois à l’origine d’une perte d’autonomie importante, reste pourtant méconnue.
Heureusement, des traitements existent pour certaines formes de DMLA. Ils permettent de freiner son évolution, voire dans certains cas de récupérer un peu de l’acuité visuelle perdue! Mais pour cela, il est primordial d’intervenir au plus vite.

Les maladies de A à Z