Des chiens pour détecter le cancer?

chiens-diagnostic-cancer-poumon-honden-diagnose-long-kanker_428x229
23/03/2012

Ils adorent nous renifler les pieds après que ceux-ci aient macéré dans nos chaussures, sont friands de notre linge sale, n'hésitent pas à renifler allègrement leur commission,… C'est connu, les chiens ont de drôles de goûts en matière d'odeur!

Mais ils sont également de fins limiers… Si pour certains, ce talent se limite à pister la moindre miette de biscuit dans votre poche, d'autres réalisent de véritables prouesses: retrouver une personne disparue, identifier un suspect présent sur les lieux du crime…  Des scientifiques allemands viennent de découvrir une nouvelle utilité à l'odorat hors du commun de nos compagnons à quatre pattes: ils seraient en mesure de détecter le cancer du poumon d'un simple coup de museau!

Comment ces chercheurs en sont-ils arrivés à demander à des chiens renifleurs de diagnostiquer le cancer? Pour prouver une de leurs théories: la présence de composés organiques volatiles spécifiques, dans l'haleine des patients atteints de cancer du poumon. Incapables de les identifier avec précision avec les technologies sensorielles actuelles, ces scientifiques ont décidé de mettre la main à la 'patte' pour confirmer leur hypothèse. L'odorat des chiens est en effet plus performant qu'un capteur électronique!

Comment s'est déroulée cette séance de reniflage? Des échantillons d'haleine ont été récoltés chez 220 volontaires: des personnes atteintes d'un cancer du poumon mais aussi des sujets en bonne santé. Objectif: tester si les chiens parvenaient à faire la différence. Résultats, dans 71% des cas, les chiens formés reconnaissaient l'échantillon parmi d'autres! Preuve que le cancer a bien une odeur…

Pas encore de quoi remplacer les pneumologues par des chiens renifleurs, mais bien de poursuivre les efforts pour que la technologie parvienne un jour à égaler leur flair!

Source: R. Ehmann &al., Canine scent detection in the diagnosis of lung cancer: revisiting a puzzling phenomenon, Eur Respir J. 2012 Mar; 39(3):669-76.

Plus d'info

Laisser un commentaire
Publicité
La pathologie de la semaine
dmla_intro

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la première cause de déficience visuelle grave après 60 ans en Belgique. Cette maladie, parfois à l’origine d’une perte d’autonomie importante, reste pourtant méconnue.
Heureusement, des traitements existent pour certaines formes de DMLA. Ils permettent de freiner son évolution, voire dans certains cas de récupérer un peu de l’acuité visuelle perdue! Mais pour cela, il est primordial d’intervenir au plus vite.

Les maladies de A à Z