La poitrine en avant

blog-cancer-du-sein-blog-borstkanker_428x229
28/06/2012

Dans son blog «Met Volle Borst Vooruit» (la poitrine en avant), Nora Hemelaers raconte son combat contre le cancer du sein depuis juillet 2011. Elle a répondu aux questions de MediBlog.

Pourquoi avoir créé un blog?

L’écriture est en quelque sorte une thérapie pour moi. Mais je le fais surtout pour sensibiliser les gens à tout ce qu’implique le cancer du sein. Sur mon blog, je raconte ouvertement tant les beaux que les moins beaux moments. J’informe et je réponds aussi aux questions sur le cancer du sein et j’essaie d’être un soutien et une source d’inspiration. Mon blog reçoit près de 250 visiteurs par jour.

Vous avez aussi votre propre page Facebook?

Ma page Facebook m’aide à sensibiliser les jeunes femmes, à les inciter à procéder régulièrement à une autopalpation des seins. Il faut savoir que le cancer du sein peut aussi se déclarer quand on est jeune. Dans le temps, on pensait que cette affection survenait surtout chez les femmes plus âgées. Mais, de plus en plus de jeunes femmes de mon âge, ou aux alentours de 25 ans, sont confrontées à cette problématique. Je peux mieux les atteindre via Facebook. D’autre part, j’ai aussi l’intention de publier un livre et de créer un site internet d’information sur le cancer du sein chez les jeunes femmes. Facebook constitue un excellent canal pour attirer l’attention des gens. J’ai déjà plus de 700 «J’aime» – ce qui est extra!

Vos visiteurs vous soutiennent-ils via votre blog et Facebook?

C’est surtout sur ma page Facebook que je reçois pas mal de réactions. Il y en a moins sur mon blog. Néanmoins, au vu des statistiques, mon blog a aussi une grande portée. En Belgique, mais aussi en-dehors de l’Europe. Et cela me fait énormément plaisir. Les réactions chaleureuses constituent une sorte de confirmation de mon action.

Le fait d’être vous-même infirmière vous incite-t-il à vivre votre maladie autrement?

Mon histoire personnelle est certainement une plus-value pour mon travail d’infirmière. Elle me confère en quelque sorte un statut d’experte. En m’appuyant sur ma propre expérience, je peux préparer mentalement d’autres patientes à un examen spécifique. Elles seront peut-être plus rapidement enclines à me faire confiance, étant donné que je suis aussi passée par là. Je ne me considère pas moi-même comme une malade, et pas non plus comme une patiente, mais plutôt comme une personne. Seuls les résultats de certains examens ou d’examens douloureux me font prendre conscience que je suis une victime de cette «effroyable» maladie. Je me suis soignée moi-même à travers mon cheminement: je conserve précieusement tous les résultats, j’essaie de parler de beaucoup de choses avec les médecins... Bref, je me bats pour sauver ma peau!

 

Plus d'info

Laisser un commentaire
Publicité
La pathologie de la semaine
dmla_intro

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la première cause de déficience visuelle grave après 60 ans en Belgique. Cette maladie, parfois à l’origine d’une perte d’autonomie importante, reste pourtant méconnue.
Heureusement, des traitements existent pour certaines formes de DMLA. Ils permettent de freiner son évolution, voire dans certains cas de récupérer un peu de l’acuité visuelle perdue! Mais pour cela, il est primordial d’intervenir au plus vite.

Les maladies de A à Z