Marre du tabac? Faites-vous vacciner!

vaccin-tabac-vaccin-tabak_428x229
06/07/2012

Vous avez traversé l'enfer des premières 24 heures, résisté aux crises d'angoisse des jours suivants et fini par vaincre vos envies les unes après les autres… Vous avez dit non au tabac! Oui mais… comme un alcoolique, vous le savez, vous resterez toujours un fumeur abstinent! Un dîner trop copieux, quelques verres de vin ou un coup de stress… La tentation "d'en allumer une" n'est jamais loin!

Et au moindre craquage, cette bouffée de nicotine peut vous faire replonger! Car si elle n'est pas la plus nocive des 4.000 substances toxiques présentes dans la fumée de cigarette, c'est bien la nicotine qui nous rend "accros"! Ce qui a mené des scientifiques américains à tenter de développer un vaccin qui nous immuniserait une bonne fois pour toutes contre l'addiction à la nicotine!

Leur concept?  Faire en sorte que nos anticorps neutralisent la nicotine dès son arrivée dans l'organisme et ainsi l'empêcher d'atteindre le cerveau, là où elle fait son principal effet. Fini ce savoureux shoot de dopamine à chaque bouffée! Résultat: les fumeurs vaccinés ne ressentiraient plus de plaisir physique en fumant. Ce qui pourrait enfin les "guérir" de leur addiction… Une perspective alléchante alors qu'environ 6 millions de personnes[1] meurent chaque année des suites de pathologies liées au tabagisme: cancers du poumon, BPCO, maladies cardiovasculaires…

Le projet semble prometteur puisque le vaccin a été testé avec succès sur des souris accros à la nicotine. Comment les chercheurs ont-il réussi cette prouesse?

Tout d'abord grâce à la synthèse en laboratoire d'anticorps s'attaquant spécifiquement à la nicotine, comme s'il s'agissait d'un virus. Normalement, notre organisme ne la considère pas comme telle…

Ensuite, l'équipe de scientifiques a extrait la séquence génétique de ces anticorps anti-nicotines et l'a intégrée dans un virus – inoffensif bien sûr.

Une fois inoculé au rongeur, ce virus est programmé pour migrer directement vers des cellules du foie, les hépatocytes, connus pour être de véritables usines de production de nombreuses substances nécessaires à l'organisme.

La séquence génétique des anticorps antinicotiniques s'insère alors automatiquement dans l'ADN des hépatocytes, qui se mettent à en produire continuellement.

Ainsi, des millions de minisoldats naturellement créés par l'organisme engloutissent la nicotine dès son apparition dans le sang,

Après ce premier essai sur les souris, les chercheurs se préparent à tester le vaccin sur des rats et des primates. Affaire à suivre de près pour les habitués de la rechute. Reste qu'il faut d'abord avoir l'envie d'arrêter…

 

 

Sources [1]http://www.who.int/features/factfiles/tobacco_epidemic/tobacco_epidemic_facts/fr/index.html Martin J. Hicks & al., AAV-Directed Persistent Expression of a Gene Encoding Anti-Nicotine Antibody for Smoking Cessation. Science Translational Medicine, 2012
 
 

Plus d'info

Laisser un commentaire
Publicité
La pathologie de la semaine
dmla_intro

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la première cause de déficience visuelle grave après 60 ans en Belgique. Cette maladie, parfois à l’origine d’une perte d’autonomie importante, reste pourtant méconnue.
Heureusement, des traitements existent pour certaines formes de DMLA. Ils permettent de freiner son évolution, voire dans certains cas de récupérer un peu de l’acuité visuelle perdue! Mais pour cela, il est primordial d’intervenir au plus vite.

Les maladies de A à Z