Un préservatif «nouvelle génération»?

hiv-aids-vih-sida-428x229
26/04/2013

Repas aux chandelles, baisers passionnés dans le canapé et «Let’s fall in love» d’Ella Fitzgerald en fond musical… Lors d’une soirée romantique avec un nouveau partenaire, vous êtes prêt(e) à passer «à la vitesse supérieure»… Reste à surmonter l’étape fatidique du préservatif sans casser la magie de l’instant… Pas évident!

Entre deux baisers langoureux, la demoiselle se retrouve en outre parfois face à un dilemme intérieur lorsque l’homme semble tout simplement ignorer cette précaution: profiter de l’instant mais prendre le risque de contracter le sida ou une autre infection sexuellement transmissible. Ou insister, au risque de mettre l’ambiance – voire les performances de son partenaire – en péril. Car ces messieurs sont souvent frileux du latex. En cause? Nombre d’entre eux clament que le préservatif diminuerait leur sensation de plaisir. Une concession qu’ils sont généralement peu enclins à faire, dans la fougue du moment.

Pour Bill Gates, il est temps de redonner aux hommes les clés du plaisir en toute sécurité! Et par la même occasion de s’attaquer à un marché bien juteux largement ignoré... En effet, le préservatif n’a plus beaucoup évolué depuis que le latex a remplacé les vessies de porc et les boyaux de mouton utilisés depuis des milliers d’années par nos romantiques ancêtres. Testée et approuvée par les scientifiques comme moyen efficace de lutte contre les IST, la capote en latex s’est ainsi érigée en Saint Graal du «safe sex», ne bénéficiant plus de grande révolution technique. Pourtant, les nombreuses innovations technologiques en termes de matériaux ou de neurobiologie pourraient y être appliquées, afin d’améliorer le ressenti de ces messieurs et booster du même coup son utilisation.

Pour stimuler les idées, la fondation du magnat de l’informatique a offert de verser 100.000 $ à celui qui arrivera à mettre au point un prototype qui préservera ou augmentera de manière significative le plaisir. Mais aussi pour les produits dont la forme ou le design novateur rendrait ce moment délicat un peu moins «tue l’amour»… D’ici là, il faudra bien que les hommes se résignent à la bonne vieille capote anglaise!

 

Sources Great Challenges in Gobal Health

Plus d'info

Laisser un commentaire
Publicité
La pathologie de la semaine
dmla_intro

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la première cause de déficience visuelle grave après 60 ans en Belgique. Cette maladie, parfois à l’origine d’une perte d’autonomie importante, reste pourtant méconnue.
Heureusement, des traitements existent pour certaines formes de DMLA. Ils permettent de freiner son évolution, voire dans certains cas de récupérer un peu de l’acuité visuelle perdue! Mais pour cela, il est primordial d’intervenir au plus vite.

Les maladies de A à Z