Pause câlin canin à l’hôpital

chiens-enfants-hospitalises-honden-gehospitaliseerde-kinderen-428x299
17/05/2013

Quitter le cocon familial pour un service d’hospitalisation… Pas facile pour les enfants! Pour rendre leur séjour le moins déroutant possible, les services de pédiatrie ont pas mal évolué: • les chambres sont de mieux en mieux aménagées pour laisser plus de place aux parents, qui peuvent souvent être présents 24h sur 24; • des salles de classe et de jeux ont été installées; • et des clowns ont même fait leur apparition dans certains hôpitaux pour égayer les journées des petits patients.

Au CHR de Liège, on mise aussi sur la présence réconfortante des toutous! Deux fois par semaine, les enfants ont la possibilité de passer un moment privilégié avec l’un des chiens de l’asbl «Un chien pour un sourire», fondée par le service il y a dix ans.

Chaque mardi et jeudi, cinq toutous à la santé et l’hygiène irréprochables se faufilent discrètement à l’hôpital, dans une pièce dédiée à cet effet. Les enfants qui sont en assez bonne forme et qui le désirent peuvent se rendre tour à tour à leurs côtés. Pendant une demi-heure, chaque enfant peut s’occuper librement d’un chien, sous l’œil attentif du maître-chien, qui entraîne spécifiquement ses protégés à la relation avec les enfants malades. Il peut le caresser, lui faire des câlins, le brosser ou encore simplement le regarder.

Une rencontre presque thérapeutique pour ces enfants qui vivent tous une expérience difficile: longue maladie comme une leucémie, lourde intervention, problèmes moteurs suite à un accident, troubles psychiatriques tels que l’autisme… «Souvent, l’enfant se confie au chien», explique Chantal Vanberg, infirmière en chef en pédiatrie et responsable de l’association. «C’est l’occasion pour lui de parler du traitement qu’il vient de subir, de ses peurs… Mais c’est aussi un instant agréable qui lui permet d’oublier sa maladie, sa douleur… Il sourit, se sent rassuré et apaisé par le chien. Ce qui lui permet de passer une meilleure nuit, vu que la rencontre se déroule toujours en fin de journée. Cette activité fournit également un sujet de conversation avec les autres enfants ainsi qu’avec les infirmières, ce qui facilite les soins.» De quoi leur rendre le sourire... autant que possible.

 

 

 

 

Laisser un commentaire
Publicité
La pathologie de la semaine
dmla_intro

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la première cause de déficience visuelle grave après 60 ans en Belgique. Cette maladie, parfois à l’origine d’une perte d’autonomie importante, reste pourtant méconnue.
Heureusement, des traitements existent pour certaines formes de DMLA. Ils permettent de freiner son évolution, voire dans certains cas de récupérer un peu de l’acuité visuelle perdue! Mais pour cela, il est primordial d’intervenir au plus vite.

Les maladies de A à Z