Du sport contre Alzheimer!

iStock_000016426262XSmall
07/06/2013

Exploiter les bienfaits du sport pour freiner la progression de la maladie d’Alzheimer, voilà ce que propose l’asbl Gymsana. Rencontre avec Thierry Boute, cofondateur et coordinateur de l’association.

Quel est le concept de l’asbl Gymsana? Nous proposons des cours de gym adaptés aux personnes âgées et aux personnes qui souffrent de certaines maladies chroniques, comme Alzheimer ou Parkinson. L’objectif est de lutter contre la perte d’autonomie, l’isolement et les effets négatifs de la vieillesse ou de certaines pathologies. ll existe différents types de cours, axés sur des aspects particuliers: prévention des chutes, «stimulation Alzheimer»...

En quoi ces séances peuvent-elles aider les personnes souffrant d’Alzheimer? Il ne s’agit évidemment pas ici de guérir la maladie d’Alzheimer mais plutôt de ralentir l’apparition de certains de ses effets négatifs. Conserver une activité physique et des relations sociales peut en effet permettre à la personne démente de préserver une certaine indépendance et avoir un impact positif sur les troubles psycho-comportementaux (anxiété, agressivité...), le risque de chutes, l’appétit, le sommeil...

Comment se déroulent les ateliers «stimulation Alzheimer»? Il s’agit d’ateliers collectifs hebdomadaires d’une heure. La séance commence par des échauffements. Des exercices adaptés sont ensuite proposés à chaque participant, en fonction de ses capacités préservées et de ses besoins. Nous essayons entre autres de mobiliser les muscles et articulations que les personnes utilisent au quotidien. Les exercices qui consistent à faire passer des anneaux derrière le cou par exemple permettent à la personne de continuer à se peigner ou à s’habiller seul. Chaque exercice physique est ponctué par des jeux de mémoire et de stimulation cognitive.

Ces ateliers peuvent-ils améliorer le moral des participants? Tout à fait! Lors de nos ateliers, nous privilégions une pédagogie positive et ludique, ce qui est très important! Les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer vivent au quotidien toute une série d’échecs – lorsqu’ils ne parviennent pas à trouver un nom ou l’endroit de rangement d’un objet, par exemple – qu’ils n’osent pas toujours verbaliser. Leur offrir une heure par semaine au cours de laquelle nous les mettons en situation de réussite peut donc avoir un impact psychologique important. Cela leur permet de «réussir» quelque chose, de se défouler et de «vider leur sac».

Où se déroulent les ateliers? Nous sommes actifs à Bruxelles (dans les deux langues) et en Wallonie. Notre asbl est encore jeune mais nous ouvrons régulièrement de nouveaux cours à la demande. Avis aux amateurs! Infos: www.gymsana.be

 

Plus d'info

Laisser un commentaire
Publicité
La pathologie de la semaine
dmla_intro

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la première cause de déficience visuelle grave après 60 ans en Belgique. Cette maladie, parfois à l’origine d’une perte d’autonomie importante, reste pourtant méconnue.
Heureusement, des traitements existent pour certaines formes de DMLA. Ils permettent de freiner son évolution, voire dans certains cas de récupérer un peu de l’acuité visuelle perdue! Mais pour cela, il est primordial d’intervenir au plus vite.

Les maladies de A à Z