Un écrivain étudié au microscope

ecrivain-grunberg-creativite-mesure-experience-schrijver-grunberg-creativiteit-gemeten-experiment_428x229
06/12/2013
Ecrit par Emily Nazionale

Plantons le décor. Une équipe de scientifiques se retrouve à court de sujet d’étude. Et puis un jour, eureka, ils se disent: .«Et si nous mesurions la créativité d’un écrivain?» Du jamais vu dans le secteur de la recherche! Comme cobaye, ils choisissent l’écrivain néerlandais Arnon Grunberg, connu pour ses romans «L’oiseau est malade» et «Tirza».

Voilà comment cela a dû se passer... Sinon comment aurait pu germer l’idée d’étudier le processus de création d’Arnon Grunberg ? Attention, nous ne saurons pas comment la trame des romans et les personnages de Grunberg voient le jour mais bien ce qui se passe dans son corps et dans sa tête. Quels sont les sentiments qui l’animent? Ses émotions? Bref, la créativité est-elle mesurable? Pour cette étude, l’auteur néerlandais a mis sa plume – enfin sa personne - à la disposition de la science pendant deux semaines. Le décor: son domicile à New York, où il est en train d’écrire son nouveau roman.

Pendant ces quinze jours d’expérimentations, Arnon Grunberg a préféré ne pas recevoir de visiteurs… Il a en effet un look plutôt effrayant avec le drôle de bonnet de bain à électrodes, qu’il doit enfiler chaque matin. Le but de cet accessoire peu flatteur? Mesurer son activité cérébrale. Il est aussi équipé d’un moniteur enregistrant sa fréquence cardiaque ainsi qu’un test de conduction cutanée. Quand Grunberg est nerveux ou anxieux, ses glandes sudoripares entrent en action, ce qui augmente la conduction cutanée. Un physionomiste est aussi chargé de détecter les expressions du visage de l’écrivain: est-il de bonne humeur, fâché ou triste? Enfin, les facteurs qui influencent le processus d’écriture comme la fatigue, la qualité du sommeil, la consommation de caféine, etc. sont répertoriés à l’aide d’un questionnaire.

Cette étude sera étendue à ses lecteurs à l’automne 2014. L’objectif? Que pensent-ils de certains passages précis du livre? Y a-t-il par exemple un lien entre leur appréciation et les moments où Grunberg était motivé ou fatigué? L’auteur est d’ores et déjà curieux de savoir ce qui se passe dans sa tête pendant qu’il écrit. Il souhaite aussi savoir ce qu’éprouvent ses lecteurs quand ils ouvrent l’un de ses livres. Hmm… Même s’ils le trouvent mauvais?

Source

http://www.noldus.com/grunberg 

Laisser un commentaire
Publicité
La pathologie de la semaine
dmla_intro

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la première cause de déficience visuelle grave après 60 ans en Belgique. Cette maladie, parfois à l’origine d’une perte d’autonomie importante, reste pourtant méconnue.
Heureusement, des traitements existent pour certaines formes de DMLA. Ils permettent de freiner son évolution, voire dans certains cas de récupérer un peu de l’acuité visuelle perdue! Mais pour cela, il est primordial d’intervenir au plus vite.

Les maladies de A à Z