La (dure) vie des peoples

peoples-dependance-depression-celebrities-verslaving-depressie_940x400
21/03/2014
Ecrit par Emily Nazionale

Qui n’a jamais rêvé d’être célèbre (et par la même occasion riche, populaire, VIP dans les boutiques et les restaurants…)? La vie des peoples a l’air tellement agréable et facile… Ah bon?! Mais pourquoi alors lit-on dans la presse que Britney Spears est dépressive? Que Justin Bieber se drogue? Ou que Lindsay Lohan est accro à l’alcool? A priori, ce ne sont pas des parcours que l’on associe avec le monde glamour des stars! Mais à en croire la presse à scandale, Britney & Co ne sont pas les seules célébrités à être sous l’emprise de l’alcool, de la drogue ou de la dépression… ou un cocktail de tout cela. Pour n’en citer que quelques exemples (imaginez que vous tombiez un jour sur cette question en jouant à Trivial Pursuit):

Accros à l’alcool et/ou à la drogue:

  • dans la catégorie des «repentis»: Robert Downey Jr, Eminem, Zac Efron, Robbie Williams, Kate Moss…
  • dans la catégorie des «cas désespérés»: Lindsay Lohan, Courtney Love, Charlie Sheen, Snoop Dogg…
  • dans la catégorie «en sont morts»: Elvis Presley, Heath Ledger, Amy Winehouse, Cory Monteith, Philippe Seymour Hoffman…

Ont surmonté une dépression: Jon Hamm, David Arquette, Owen Wilson, Catherine Zeta-Jones, Ashley Judd… Savez-vous que l’on trouve sur le web des listes de peoples et de leur dépendance (ou autre)?

People sous pression

Cette liste suscite inévitablement la question de savoir pourquoi tant de peoples ont «dévié du droit chemin»… Peut-être que le vedettariat – sans vouloir être ironique – est bien plus dur à vivre que nous ne le pensons? Ainsi, Robbie Williams expliquait dans une interview à cœur ouvert après sa dernière cure de désintoxication qu’il a succombé à la pression. Le déclencheur de sa descente aux enfers? Son album «Rudebox» qui n’a pas atteint les chiffres de vente escomptés…

O.-K. mais nous, les «gens ordinaires», nous sommes aussi stressés! Nous devons aussi respecter des deadlines ou atteindre des résultats dans notre boulot. En d’autres mots: les stars souffrent-elles plus souvent que les «gens ordinaires» de ce type d’affections?

Ce qui est clair c’est que le train-train des peoples fait l’objet de beaucoup plus d’attention de la part des médias. Et quand il s’agit d’un événement négatif, il y a encore plus de chances qu’il soit couvert par la presse. Une Britney hystérique au crâne rasé ne boostera-t-elle pas davantage les ventes qu’une Britney faisant bêtement ses courses? CQFD…

Plus d'info

Laisser un commentaire
Publicité
La pathologie de la semaine
dmla_intro

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la première cause de déficience visuelle grave après 60 ans en Belgique. Cette maladie, parfois à l’origine d’une perte d’autonomie importante, reste pourtant méconnue.
Heureusement, des traitements existent pour certaines formes de DMLA. Ils permettent de freiner son évolution, voire dans certains cas de récupérer un peu de l’acuité visuelle perdue! Mais pour cela, il est primordial d’intervenir au plus vite.

Les maladies de A à Z