Emploi et cancer: Monica De Coninck en 1re ligne

monica-de-coninck-kanker-werk-monica-de-coninck-cancer-emploi_940x400
16/05/2014
Ecrit par Emily Nazionale

Si, aujourd’hui, la ministre fédérale de l’Emploi Monica De Coninck (58 ans) se bat contre toutes sortes de problèmes sociaux en lien avec le monde du travail, il y a 28 ans son adversaire était d’une autre trempe: le cancer du col de l’utérus!
La ministre sp.a était âgée de trente ans quand on lui a diagnostiqué un cancer du col de l’utérus, lors d’un frottis de contrôle.

Pour traiter son cancer, la ministre a dû subir une conisation, c’est-à-dire l’ablation chirurgicale de la partie du col de l’utérus où étaient situées les lésions précancéreuses. Après cette intervention, le prélèvement a été analysé en laboratoire et… il est apparu que le cancer ne s’était pas encore développé! Elle n’a donc pas dû subir de traitement ultérieur, telle qu’une chimiothérapie. «Une semaine après l’intervention, j’avais déjà repris le travail», a confié la ministre à la Vlaamse Liga tegen Kanker. «Je pensais très peu à mon cancer. Ma vie professionnelle bien remplie m’a aidée à encaisser cette expérience de la maladie.»

L’ayant vécu personnellement, la ministre est donc bien placée pour comprendre toute l’importance de conserver un travail lorsque l’on est confronté au cancer. Il y a deux ans, la Vlaamse Liga tegen Kanker lui a remis un dossier portant sur le travail après le cancer. Sa teneur? Plus de 300 témoignages de patients dénonçant les problèmes rencontrés pour reprendre le travail: employeurs pas prêts à faire les adaptations nécessaires, règlements de travail peu flexibles… En décembre de l’année passée, la ministre s’est réunie à ce propos avec les partenaires sociaux. Reste à voir si elle pourra poursuivre son travail sur cette problématique après le 25 mai…

Plus d'info

Laisser un commentaire
Publicité
La pathologie de la semaine
dmla_intro

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la première cause de déficience visuelle grave après 60 ans en Belgique. Cette maladie, parfois à l’origine d’une perte d’autonomie importante, reste pourtant méconnue.
Heureusement, des traitements existent pour certaines formes de DMLA. Ils permettent de freiner son évolution, voire dans certains cas de récupérer un peu de l’acuité visuelle perdue! Mais pour cela, il est primordial d’intervenir au plus vite.

Les maladies de A à Z