Zoom

Une grossesse après un cancer de l’ovaire: est-ce possible? | Zwanger worden na eierstokkanker: kan het?

Une grossesse après un cancer de l’ovaire: est-ce possible?

Le cancer de l’ovaire touche un élément central du système reproducteur de la femme. Quel impact la maladie et les traitements ont-ils sur sa fertilité? Dans quels cas est-il possible d’envisager une grossesse?

Cancer de l’ovaire et fertilité: quels liens?

La maladie en elle-même n’a pas d’impact sur la fertilité. Toutefois, son traitement peut nécessiter l’ablation chirurgicale des deux ovaires et de l’utérus. Heureusement, dans certains cas, il est possible de réaliser un «traitement conservateur de l’ovaire», qui permet de préserver l’utérus et un des ovaires. Ces organes suffisent pour initier une grossesse et la mener à bien. La possibilité de faire ce traitement conservateur de l’ovaire dépend du type de tumeur et du stade auquel le cancer est dépisté. Pour que ce soit possible, il faut absolument que la tumeur soit à un stade 1, localisée dans un seul ovaire et pas du tout étendue dans les ganglions lymphatiques ou dans la cavité utérine. Les patientes ayant besoin d’une radiothérapie peuvent rarement bénéficier d’un traitement conservateur. La chimiothérapie est quant à elle rarement associée à une stérilité dans le cancer de l’ovaire.

Différents types de tumeur de l’ovaire

Le type de tumeur de l’ovaire le plus fréquent est la tumeur épithéliale de l’ovaire (tumeur apparaissant sur la couche externe de l’ovaire). Les cas de préservation de la fertilité sont assez rares car il s’agit de tumeurs infiltrantes qui sont souvent diagnostiquées à un stade trop avancé pour permettre un traitement conservateur de l’ovaire. Ce type de tumeur survient toutefois généralement après 50 ans, chez des patientes déjà ménopausées.

Les tumeurs les plus fréquentes chez les femmes jeunes sont:

  • les tumeurs épithéliales borderline (surtout vers 35-40 ans): tumeurs apparaissant également sur la couche externe de l’ovaire mais qui sont à la limite de la malignité: elles comportent certaines anomalies communes avec les cancers mais il ne s’agit pas de cancer au sens strict du terme;
  • les tumeurs non épithéliales germinales «dysgerminomes» (surtout vers 20 ans): tumeurs malignes issues des cellules produisant les ovules (cellules germinales), qui se développent et se propagent lentement.

Dans les deux cas, ces tumeurs ont un très bon pronostic et permettent souvent de proposer un traitement conservateur de l’ovaire.

Tumeur de l’ovaire: parler au plus vite de votre désir de grossesse

Dès qu’une lésion, même d’apparence bénigne, est détectée sur un ovaire, il est important de parler avec votre médecin de votre désir de grossesse. Si une tumeur est détectée, il pourra vous adresser à un centre de référence, qui dispose d’une équipe chirurgicale capable d’utiliser des techniques spécifiques pour conserver la fertilité, mais aussi d’une équipe spécialisée dans la Procréation Médicalement Assistée (PMA).

Grossesse naturelle ou médicalement assistée?

Si vous bénéficiez d’un traitement conservateur, vous avez a priori autant de chance de tomber enceinte naturellement que n’importe quelle autre femme. Toutefois, il est important de garder à l’esprit qu’une récidive du cancer est possible, surtout si vous n’avez pas un désir de grossesse immédiat. Or, s’il ne vous reste qu’un ovaire et qu’il est atteint par la maladie, il sera nécessaire de procéder à son ablation et vos chances de grossesse seront alors nulles. C’est pourquoi, par mesure de précaution, les médecins recommandent dans de nombreux cas d’avoir recours à des techniques de Procréation Médicalement Assistée (PMA) pour préserver la fertilité.

Cancer de l’ovaire et PMA: des options adaptées à votre profil

Les options de PMA proposées en cas de cancer de l’ovaire vont dépendre de votre âge, de votre situation amoureuse, du moment où vous désirez tomber enceinte, de votre budget…

  • La cryopréservation des ovocytes, les «œufs» produits par les ovaires, peut être envisagée si vous êtes célibataire ou que vous êtes en couple mais que vous et/ou votre partenaire ne désirez pas encore d’enfant. Vous suivez alors un cycle de traitement de stimulation hormonale, et les ovocytes prélevés seront congelés. Ce procédé coûte actuellement très cher car il n’est pas remboursé tant que l’œuf n’est pas fécondé, mais une prise en charge par la sécurité sociale sur indication oncologique devrait bientôt être mise en place.
  • La cryopréservation d’un embryon peut être proposée aux couples. On prélève des ovocytes et des spermatozoïdes pour constituer un embryon (par Fécondation In Vitro) qui sera congelé, puis réimplanté au moment du désir de grossesse. Cette technique a de meilleurs taux de réussite que la congélation des ovocytes. Toutefois, l’embryon appartient au couple.
  • La cryopréservation d’un fragment d’ovaire sera proposé aux filles pré-pubères chez qui la stimulation hormonale n’est pas permise. Une fois réimplanté, il fonctionne généralement sans problème mais pour une durée limitée (entre 6 et 54 mois).

Grossesse: jusqu’à quel âge?

En Belgique, la FIV est remboursée jusqu’à 42 ans accomplis. Au niveau oncologique, les traitements conservateurs sont eux, normalement proposés uniquement jusqu’à 40 ans, selon les recommandations officielles.

Grossesse après un cancer de l’ovaire: quelles précautions?

Vous pouvez en principe entamer tout de suite une grossesse après un traitement conservateur de l’ovaire, sans précautions particulières. Mais le risque de récidive de votre tumeur est à nouveau à prendre en considération. En effet, une fois enceinte, il ne sera pas possible de réaliser les tests de dépistage des récidives, tels que le scanner, ce qui pourrait mettre votre vie (et celle de votre bébé) en danger.

  • Dans le cas d’une tumeur épithéliale, mieux vaut attendre 2 à 4 ans pour s’assurer qu’il n’y aura pas de récidive, bien que votre âge sera pris en compte.
  • Dans le cas d’une tumeur borderline ou dysgerminome, où les récidives peuvent survenir à plus long terme, mieux vaut au contraire ne pas attendre trop longtemps.

Tous ces facteurs vous seront bien expliqués par l’équipe médicale, qui vous aidera à les prendre en compte pour élaborer votre projet de grossesse.

Les maladies de A à Z