Diagnostic

Scanner et IRM

Scanner

Le scanner (ou tomodensitométrie) permet d’examiner les métastases éventuelles dans les ganglions lymphatiques avoisinants. En utilisant des rayons X, des radiographies sont prises à partir de différents angles. Une reconstruction des données par ordinateur permet d'obtenir des coupes de la zone explorée. Pour améliorer la qualité de l’image, les radiologues administrent habituellement un produit de contraste, à base d'iode, par injection intraveineuse.

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) ressemble à un scanner, mais utilise un champ magnétique au lieu de rayons X. L’IRM génère des images plus précises de la prostate. Elle est indiquée chez les patients chez lesquels, bien que la biopsie n’ait pas révélé de cancer de la prostate, la suspicion d’un tel cancer reste fortement présente. L’IRM peut également être utilisée pour dépister d’éventuelles métastases osseuses.

 

Lire l’article suivant

Pour suivre l'actualité médicale, abonnez-vous aux newsletters MediPedia.
scanner-irm-scanner-mri_180x180
Témoignages
Récidives du cancer de la prostate: une avancée majeure | Recidief van prostaatkanker nu sneller dan ooit opgespoord
Pr Patrick Flamen, chef du service de (…)
cancer-prostate-benefices-sport-prostaatkanker-weldaden-sport_720x320
Dr Antonio Renda, urologue au Grand (…)
temoignage-calvitie-testimonial-kaalheid_238x120
Pr Eric Wespes, urologue (CHU de (…)
Zoom

Le fonctionnement des agonistes de la LHRH



Les agonistes de la LHRH bloquent la production de la LHRH au niveau de l'hypothalamus en mimant l'action de la LHRH, hormone qui entraîne la sécrétion de LH/FSH qui, à son tour, stimule la production de testostérone dans les testicules. Ces médicaments agissent en deux étapes: - pendant les premières semaines, augmentation de la sécrétion de l'hormone LH/FSH par l'hypophyse, ce qui entraîne une stimulation de la production de testostérone, - blocage de la sécrétion de LH/FSH et donc blocage de la production de testostérone.

Le fonctionnement des agonistes de la LHRH



Les agonistes de la LHRH bloquent la production de la LHRH au niveau de l'hypothalamus en mimant l'action de la LHRH, hormone qui entraîne la sécrétion de LH/FSH qui, à son tour, stimule la production de testostérone dans les testicules. Ces médicaments agissent en deux étapes: - pendant les premières semaines, augmentation de la sécrétion de l'hormone LH/FSH par l'hypophyse, ce qui entraîne une stimulation de la production de testostérone, - blocage de la sécrétion de LH/FSH et donc blocage de la production de testostérone.

Le fonctionnement des agonistes de la LHRH



Les agonistes de la LHRH bloquent la production de la LHRH au niveau de l'hypothalamus en mimant l'action de la LHRH, hormone qui entraîne la sécrétion de LH/FSH qui, à son tour, stimule la production de testostérone dans les testicules. Ces médicaments agissent en deux étapes: - pendant les premières semaines, augmentation de la sécrétion de l'hormone LH/FSH par l'hypophyse, ce qui entraîne une stimulation de la production de testostérone, - blocage de la sécrétion de LH/FSH et donc blocage de la production de testostérone.

Le fonctionnement des agonistes de la LHRH



Les agonistes de la LHRH bloquent la production de la LHRH au niveau de l'hypothalamus en mimant l'action de la LHRH, hormone qui entraîne la sécrétion de LH/FSH qui, à son tour, stimule la production de testostérone dans les testicules. Ces médicaments agissent en deux étapes: - pendant les premières semaines, augmentation de la sécrétion de l'hormone LH/FSH par l'hypophyse, ce qui entraîne une stimulation de la production de testostérone, - blocage de la sécrétion de LH/FSH et donc blocage de la production de testostérone.
Publicité
Les maladies de A à Z