Zoom

anti-androgenen-anti-androgenes_493x200

Cancer de la prostate: les anti-androgènes

Les anti-androgènes constituent une des formes d’hormonothérapie. Ils bloquent l’action de la testostérone sur les cellules prostatiques. Et freinent ainsi le développement du cancer de la prostate.

L’hormonothérapie dans le cancer de la prostate

Les hormones masculines ou androgènes sont indispensables au développement de la prostate. Mais ces hormones stimulent également la croissance des cellules cancéreuses prostatiques. L’hormonothérapie a donc pour but d'empêcher cette stimulation.

Elle peut agir de deux façons. Soit elle entrave la production de testostérone par les testicules soit elle bloque l’action de la testostérone sur la prostate. Les premiers traitements sont appelés agonistes de la LHRH, les seconds sont les anti-androgènes.

Les anti-androgènes bloquent l'action de la testostérone

On recourt aux anti-androgènes pour bloquer non pas la production mais l'action de la testostérone sur la prostate. Ces molécules neutralisent en effet directement le récepteur de la testostérone sur la cellule prostatique. Elles agissent donc sans faire baisser le taux de testostérone dans le sang, contrairement aux agonistes de la LHRH.

Thérapie combinée ou monothérapie

Les anti-androgènes sont généralement prescrits en association avec des agonistes de la LHRH. Leur premier rôle est d’éviter l’effet «flare-up» (élévation brutale de la testostérone) au début du traitement par agoniste de la LHRH. En début de traitement, les agonistes de la LHRH font, en effet, augmenter temporairement le taux de testostérone. Au risque d'obtenir, sur la prostate, l'inverse de l'effet espéré.

Les anti-androgènes peuvent aussi être utilisés en monothérapie, par exemple dans les formes avancées locales de cancer de la prostate, sans métastases osseuses.

Effet temporaire

Dans les deux cas, les anti-androgènes n’ont généralement qu’un effet temporaire. Le récepteur de la testostérone mute après un certain temps. Il va alors considérer l’anti-androgène comme une sorte de testostérone. Si bien que la tumeur pourra à nouveau se développer.

Effets secondaires des anti-androgènes

Les anti-androgènes provoquent des effets secondaires différents de ceux des agonistes de la LHRH (gonflement douloureux des seins (gynécomastie) et troubles de la fonction hépatique). Toutefois, comme les anti-androgènes ne diminuent pas la quantité de testostérone, les patients qui sont uniquement traités avec ces médicaments sont moins sujets aux bouffées de chaleur, à une prise de poids, à une fonte musculaire et à l’ostéoporose. Ils sont aussi moins souvent confrontés à des baisses de libido et à des troubles de l’érection.

Publicité
Les maladies de A à Z