Zoom

Incontinent-na-prostaatoperatie-incontinence-apres-prostatectomie_493x200

Prostatectomie: quel risque d’incontinence?

L’incontinence après prostatectomie est l’une des grandes craintes des hommes atteints d’un cancer de la prostate. Quelle est le risque d’y être confrontés et combien de temps ce problème peut-t-il de persister?

Un effet secondaire de l’opération de la prostate

Le cancer de la prostate nécessite une ablation chirurgicale de la prostate chez environ 6 patients sur dix… Et malheureusement, cette opération, appelée prostatectomie, s’accompagne d’un effet secondaire particulièrement fâcheux: l’incontinence. Environ 65% des hommes ne parviennent pas à retenir leurs urines après le retrait du cathéter qui permet, durant les premiers jours qui suivent l’intervention, de drainer la vessie de son contenu. 50% sont toujours incontinents un mois après l’opération, et 1 à 5% le restent après un an.

La cause de l’incontinence après prostatectomie

Comment apparaît cette incontinence? Les muscles et les nerfs qui nous permettent normalement de retenir nos urines sont situés à proximité de la prostate. Lors de l’opération, il est généralement très difficile pour le chirurgien de les éviter complètement. Ils risquent donc d’être endommagés.

Formes possibles d’incontinence

L’incontinence après prostatectomie peut prendre différentes formes:

  • L’incontinence d’effort (ou incontinence de stress) est la forme la plus fréquente après ablation complète de la prostate: les pertes d’urines se produisent surtout lorsque la personne tousse, éternue, rit ou qu’elle doit soulever un poids important.
  • L’incontinence d’urgence survient suite à un besoin soudain, impérieux et imprévisible d’uriner, que la personne ne parvient généralement pas à retenir.
  • L’incontinence permanente se caractérise par un écoulement d’urine continu, comme un robinet qui fuit.

Incontinent, mais pour combien de temps?

Heureusement, il existe des traitements efficaces pour lutter contre l’incontinence. Sa durée est toutefois difficile à prévoir; elle dépend d’une personne à l’autre. Les hommes plus âgés présentent par exemple un risque plus élevé d’incontinence prolongée après l’opération. La technique chirurgicale utilisée pour traiter le cancer joue également un rôle: les méthodes plus modernes comme la laparoscopie ou la chirurgie robotisée font moins de dégâts au niveau des muscles et des nerfs qui entourent la prostate. Elles diminuent donc le risque d’incontinence.

Publicité
Les maladies de A à Z