Zoom

jeunes-mamans-depression-oorzaken-postnatale-depressie_493x200

Quelles jeunes mamans risquent la dépression?

La dépression post-partum affecte jusqu’à 20% des jeunes mamans. Certains facteurs déclenchant sont pointés du doigt.

Prévenir une rechute de la dépression

La dépression post-partum a des répercussions négatives sur la vie de la maman, de bébé, du compagnon et des autres enfants de la famille. Selon l’Association canadienne pour la santé mentale, jusqu’à 20% des jeunes mamans font une dépression postnatale et 10 à 35% d’entre elles vont rechuter lors de la naissance suivante. En Belgique, Kind en Gezin cite 10% de dépressions post-partum en Flandre. D’où la nécessité de connaître les facteurs qui favorisent la dépression post-partum afin de pouvoir les éliminer ou diminuer leur impact.

Accouchement par césarienne: un facteur de risque?

Les scientifiques ont voulu savoir s’il existait un lien entre le mode d’accouchement (par voie naturelle ou par césarienne) et la dépression postnatale au cours des six semaines suivant la sortie de maternité. Ils ont interrogés près de 1.900 jeunes mamans. Près de 8% d‘entre elles avaient fait une dépression post-partum. Aucun lien n’a pu être établi entre la dépression postnatale et le mode d’accouchement.

Les facteurs favorisant la dépression

Ce constat rejoint les résultats d’études antérieures. Selon les chercheurs, les cinq facteurs les plus fréquemment liés à la dépression post-partum sont:

  • le jeune âge de la maman: multiplication du risque par 5
  • une réadmission de la maman à l’hôpital: multiplication du risque par 3
  • la non-instauration de l’allaitement maternel: multiplication du risque par 2
  • un état de santé jugé mauvais par la maman après l’accouchement
  • des pertes urinaires involontaires.

Des pertes urinaires après l’accouchement

Les pertes urinaires involontaires ne sont pas vraiment inhabituelles après un accouchement. Toutefois, par gêne, la plupart des femmes n’en parlent pas ou pas tout de suite au médecin ou à la sage-femme. Or, plus le problème est connu tôt, plus vite des mesures appropriées peuvent être prises.

Les scientifiques n’ont cependant pas été en mesure d’expliquer le lien entre les pertes urinaires involontaires et la dépression post-partum.

Un problème à ne pas prendre à la légère, d’autant plus que l’on connaît maintenant le lien entre fuites urinaires et dépression post-partum.

Source: Sword W, Landy CK, Thabane L et al. Is mode of delivery associated with postpartum depression at 6 weeks: a prospective cohort study. BJOG. 2011 Jul;118(8):966-77.

Publicité
Les maladies de A à Z