Zoom

depressie-zelfdoding-voortekens-suicide-signes-precurseurs-depression_493x200

Dépression: des signes précurseurs de suicide?

La «Journée mondiale de prévention du suicide» est organisée le 10 septembre. Son but? Attirer l’attention sur notre engagement collectif dans la prévention du comportement suicidaire. Quels sont les signes précurseurs d’un passage à l’acte imminent?

Avec ou sans signes précurseurs de suicide

Généralement, les membres de la famille et les amis disent après coup qu’ils ne l’avaient pas vu venir ou, au contraire, qu’ils ne sont pas surpris. Les deux cas de figure sont fréquents. Certains dépressifs sévères sont davantage renfermés sur eux-mêmes parce qu’ils ne voient aucune solution à leurs problèmes. D’autres, plus extravertis, considèrent le suicide comme la solution ultime à leurs problèmes. Une fois qu’ils ont pris la décision de mettre fin à leurs jours, ils sont apaisés, le suicide étant devenu la solution qui s’impose à leurs yeux.

Dépression et autres facteurs prédictifs

90 à 95% des suicides se produisent dans un contexte psychiatrique. Généralement celui d’une dépression. Toutefois la schizophrénie, l’alcoolisme, les troubles bipolaires sont aussi associés à une augmentation du risque suicidaire.

En dehors de la dépression, d’autres facteurs augmentent le risque de passer à l’acte. L’un d’entre eux est le poids de l’hérédité: le risque de mettre fin à ses jours est plus élevé quand il existe des antécédents de suicide dans la famille. On connaît encore mal les autres facteurs augmentant le risque de suicide chez les personnes n’ayant pas de prédestination héréditaire. Cependant, l’un d’entre eux est indubitablement l’existence d’abus sexuel dans l’enfance.

Inciter à en parler

Les symptômes de la dépression ne permettent pas de détecter qu’une personne dépressive sévère songe au suicide. La meilleure façon de le savoir est de poser la question. Par exemple, en ces termes: «Je sais que les personnes qui éprouvent la même chose que toi mettent parfois fin à leurs jours. As-tu des idées de ce type?» Contrairement à ce que l’on pense généralement, parler du suicide ne va pas accélérer ou augmenter le risque de passage à l’acte. Bien évidemment, des tentatives de suicide précédentes sont généralement des signes précurseurs qui doivent vous alerter.

Plus la personne est désespérée, plus le risque est grand

Le degré de désespoir est une bonne indication de l’imminence du suicide. Quand les personnes n’entrevoient pas de solution à leurs problèmes, pas plus aujourd’hui que demain, le risque de suicide est réellement présent.

Enfin, il y a le caractère aigu ou non du passage à l’acte. Certains signes en indiquent le caractère urgent: dire adieu aux amis, se séparer d’objets que l’on chérit, exprimer la manière dont le suicide va être accompli. Plus les projets sont concrets, plus le risque est grand.

Si vous percevez ces signes d’alerte, recourez immédiatement à une aide professionnelle.

Pour parler de vos problèmes: Centre de Prévention du Suicide, tél. 0800 32 123 www.preventionsuicide.be

Publicité
Les maladies de A à Z