Témoignages

depression-parler-aux-bonnes-personnes-praat-met-juiste-mensen-depressie_720x320

Parler de sa dépression aux bonnes personnes

Marie, 45 ans

Si parler de sa dépression est essentiel pour parvenir à la surmonter, tout le monde n’est pas habilité à écouter: il faut choisir le bon interlocuteur. Marie en témoigne.

 

La plupart des gens pensent que guérir d’une dépression, c’est une question de volonté

J'ai traversé un épisode dépressif à la naissance de mon fils, il y a quinze ans. Je ne me suis pas vraiment rendu compte de mon état. Ce sont mes proches qui me l’ont fait remarquer. J’étais constamment fatiguée, je n’avais ni l’envie ni la force de faire quoi que ce soit. La plupart des gens pensent que guérir d’une dépression, c’est juste une question de volonté. Ils n’ont pas conscience de la souffrance physique qui accompagne cette maladie: on est prisonnier de son corps. C'était surtout culpabilisant vis-à-vis de mon fils, dont je ne parvenais pas à m'occuper alors qu’il avait besoin de moi.

Des proches attentionnés mais impuissants

Mes proches me portaient beaucoup d’attention et discutaient avec moi de ma dépression, mais ils n’avaient pas les mots pour m’aider. Quand on vit une dépression, on n'arrive pas à prendre le recul nécessaire par rapport à soi-même et à ce qu’on ressent. On a souvent l'impression que les propos de nos amis et de notre famille sont influencés par l'affection qu'ils nous portent. Même si leurs mots sont pertinents, ils ne vont pas forcément faire mouche.

Une aide extérieure pour faire face à la dépression

J'ai sollicité l'aide d'une psychiatre qui était aussi psychothérapeute. Au début, c’était difficile de parler, mais elle m’a rapidement mise à l’aise. La thérapie est essentielle pour aller mieux. Il faut trouver et comprendre l’origine du problème, pourquoi on ne va pas bien, c’est difficile, mais c’est ça qui va générer le déclic nécessaire pour s’en sortir. Il ne faut pas craindre de faire appel à une personne extérieure, médecin ou thérapeute, qui aura plus de crédit à nos yeux et qui aura la neutralité nécessaire pour nous aider. Mais il n’en reste pas moins important de communiquer avec son entourage et de partager sa démarche. Leur soutien reste indispensable!

Publicité
Les maladies de A à Z