Témoignages

depression-sport-sport-depressie_238x120

Le sport m’a aidée à vaincre la dépression

Isabelle, 49 ans

Ce qui a le plus aidé Isabelle après sa dépression, c’est faire du sport. Non pas dans un esprit de compétition, mais tout simplement pour bouger. C’est bon pour le mental, le moral, le physique… Bref, pour tout.

Faire du sport pour combattre la dépression

«Quand j’étais jeune, j’adorais la gymnastique. Puis, je me suis mariée et mes enfants sont nés et je n’ai plus eu le temps d’en faire. Il y a quelques années, mon fils a eu un accident. Je suis tombée dans une profonde dépression. Lorsque j’ai commencé à remonter la pente, j’ai ressenti le besoin de bouger. Mon fils était dingue de sport. Je me suis alors inscrite à un cours de gymnastique. Et maintenant, le sport agit comme une drogue sur moi. J’ai besoin de ma dose hebdomadaire d’exercice physique, elle me permet d’affronter toutes les difficultés. Pas de fitness, mais de la gym et du jogging. Régulièrement, donc pas seulement quand j’ai le temps. Non, il faut établir un planning précis et fixer les jours à l’avance. Dans mon cas, c’est le dimanche, le mercredi et le vendredi.»

 

Se faire aider pour sortir de la dépression

«Il est impossible de se sortir seul d’une dépression. Un traitement multidisciplinaire est indispensable. Dans mon cas, de longs entretiens avec le psychologue et la prise d’antidépresseurs… Mais, l’acteur principal de la guérison reste la personne dépressive. Quelle que soit la profondeur du trou dans lequel vous êtes tombé, quelle que soit la solidité de la corde que l’on vous tend, si vous ne la saisissez pas, vous n’en sortirez jamais. Le processus de guérison peut prendre du temps et être très progressif.

L’entourage, aussi, joue un rôle important dans le combat contre la dépression. Lorsque la phase aiguë est passée et que la personne sort de sa coquille, c’est à l’entourage de la stimuler. Il ne faut pas lui demander à tout bout de champ comment elle se sent. Non, laissez-la raconter ce qu’elle veut raconter au moment où elle le désire. Les langues se délient parfois toutes seules quand on se promène ou qu’on fait du jogging ensemble.»

 

Le sport: idéal pour décompresser

«Au début, j’étais tellement stressée que j’aurais pu provoquer un accident. J’ai aussi fait à plusieurs reprises des crises d’hyperventilation. J’ai appris à décompresser et à me maîtriser grâce à la gymnastique et au jogging. La lecture m’aide aussi. Il faut trouver des occupations que vous aimez faire… Mais ce qui est essentiel, et je n’insisterai jamais assez là-dessus, c’est de sortir et de bouger. Se promener ou courir, selon votre condition physique. Tout le monde sait qu’après une journée de travail assis au bureau, on est plus fatigué qu’après une demi-journée de jardinage. Le grand air fait des merveilles… après une dépression aussi.»

Publicité
Les maladies de A à Z