Témoignages

dmla-humide-urgence-natte-lmd-urgentie-238x120

Ma femme m’a sauvé la vue

Paul, 68 ans

Il y a deux ans, la vue de Paul se dégrade subitement. Sur les conseils insistants de sa femme, il accepte de rendre visite sans attendre à son ophtalmologue. Un réflexe qui lui a sauvé la vue...

Comment s’est déclarée votre DMLA?

«Subitement! Il y a deux ans, je venais de fêter mes 66 ans, lorsque j’ai constaté que quelque chose ne tournait pas rond. Je me suis d’abord rendu compte que les objets que je fixais étaient déformés. Très vite, j’ai également remarqué que des taches sombres étaient apparues dans mon champ de vision.»

 

Comment avez-vous réagi?

«Comme à mon habitude: j’ai relativisé. Je me suis dit que je devais être fatigué après les festivités et que ça passerait sûrement avec un peu de repos... J’en ai parlé à ma femme sans m’en inquiéter plus que ça. Elle a réagi au quart de tour! Elle ne m’a pas laissé le choix: je prenais rendez-vous chez l’ophtalmologue ou elle le faisait elle-même, quitte à me tirer ensuite par la peau du cou! Elle ne manque pas de caractère... J’ai téléphoné à mon ophtalmologue qui m’a donné un rendez-vous dans les jours qui suivaient.»

 

Quel a été le verdict?

«Ma femme a eu raison de s’inquiéter: il s’agissait d’une forme humide de DMLA. Mon ophtalmologue m’a expliqué que sans un traitement rapide, je pouvais perdre une bonne partie de ma vision centrale en quelques semaines. Bref, je l’ai échappé belle!»

 

Aujourd’hui, comment vous sentez-vous?

«Très bien! Les traitements ont permis de stopper l’évolution de la DMLA au plus vite et je n’ai conservé que peu de séquelles. Je lis, je conduis, je regarde la télévision sans problème... Je remercie ma femme chaque jour d’avoir insisté. Et désormais, je ne ronchonne plus si elle me conseille de me rendre chez le médecin!»

Publicité
Les maladies de A à Z