Zoom

parkinson_493x200

Impuissance aujourd’hui, Parkinson demain?

Une étude l’affirme, les hommes qui présentent des troubles de l’érection auraient plus de chance de développer la maladie de Parkinson. De quoi inquiéter ceux qui souffrent de tels troubles?

Une érection défectueuse serait-elle le premier symptôme de la maladie de Parkinson? Rien ne permet de le conclure! Néanmoins une étude réalisée par des scientifiques américains met en évidence une association tangible entre les deux pathologies.

L’érection de milliers d’américains passée au crible

Les chercheurs ont étudié une population de 32000 hommes, entre 1986 et 2000. Ils ont constaté que les hommes atteints de troubles de l’érection avaient 4 fois plus de risque de développer une maladie de Parkinson 14 ans plus tard, par rapport à ceux qui ne présentaient pas de troubles érectiles. L’association était encore plus forte parmi les hommes de moins de 50 ans.

Troubles de l’érection et Parkinson: quel lien?

Par ailleurs, les chercheurs ont constaté, depuis longtemps, la présence très fréquente de problèmes d’érection chez les hommes souffrant d’un Parkinson. Près de 70% d’entre eux seraient concernés. En cause, entre autre, l’atteinte du système nerveux autonome, qui apparaît lors du développement de cette maladie neurodégénérative. Cette atteinte peut également être responsable de troubles du transit intestinal, de problèmes urinaires, de chutes de la tension au lever,… In fine, certains médicaments utilisés lors du traitement du Parkinson peuvent aussi nuire à la qualité de l’érection.

Pas de relation de cause à effet

L’étude qui nous occupe va plus loin. Une association entre troubles de l’érection et survenue, plusieurs années plus tard, de la maladie de Parkinson y est clairement mise en évidence. Cela ne signifie aucunement qu’il existe une relation de cause à effet entre les deux maladies. Il semble, en tous cas, clair que les atteintes du système nerveux autonome, dont peuvent faire partie les troubles de l’érection, sont susceptibles de précéder l’apparition des premiers symptômes de la maladie de Parkinson de plusieurs années. Il ne faut en effet pas oublier que les premiers symptômes moteurs ne surviennent que lorsque le déficit cérébral en dopamine est sévère. Soit des années après les premières destructions de neurones dopaminergiques.

Parler à son médecin de ses troubles de l’érection

Cette étude ne doit pas vous faire peur. Néanmoins il est toujours bon de rappeler que consulter un médecin est essentiel dans une telle situation. Les problèmes d’érection peuvent parfois constituer les signes avant-coureurs d’autres pathologies. C’est notamment le cas pour certaines maladies cardiovasculaires: infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral… Et cette fois le lien est clair!

Gao X, Chen H, Schwarzschild MA, Glasser DB, Logroscino G, Rimm EB, Ascherio Erectile function and risk of Parkinson's disease, Am J Epidemiol. 2007 Dec 15;166(12):1446-50. Epub 2007 Sep 17.Bronner G, Royter V, Korczyn A, Giladi N. Sexual dysfunction in Parkinson's Disease. Journal of Sex & Marital Therapy, 30:95-105, 2004.Herbaut A-G. Traitements neurologiques et dysfonction sexuelle. Article présenté lors du XIe symposium du Centre de Pathologie Sexuelle Masculine, Bruxelles, Belgique, novembre 2007. Louvain médical A. 2007, vol. 126, n° 9, [S92-S95]

Publicité
Les maladies de A à Z