Témoignages

apprendre-a-identifier-point-irreversibilite-mannen-moeten-hun-point-of-no-return-leren-herkennen_720x320

Il faut apprendre à identifier le point d’irréversibilité

Dr Esther Hirch, sexologue clinicienne et sexoanalyste

Pour Esther Hirch, sexologue clinicienne et sexoanalyste, la prise en charge de l’éjaculation précoce invite aussi à une (re)découverte du corps et de la volupté.

La notion d’éjaculation précoce a-t-elle évolué au fil du temps?

Ce sont les fondateurs de la sexologie, Masters & Johnson, qui ont défini l’éjaculateur précoce comme un homme ne pouvant donner d’orgasme à sa partenaire dans 50% des rapports minimum... ce qui faisait dépendre le symptôme de la femme! En effet, l'homme pouvait être éjaculateur prématuré avec certaines femmes et pas avec d'autres! Aujourd'hui, est éjaculateur prématuré l'homme qui n'a pas appris à moduler son excitation sexuelle de façon à décider du moment de son éjaculation. Il éjacule donc systématiquement avant le moment souhaité et ne peut faire autrement.

Pourquoi est-il difficile pour un homme de maîtriser son excitation?

Contrairement à la femme, l’homme connaît un point d’irréversibilité à partir duquel il ne peut plus faire retomber son excitation. Pour ne pas l’atteindre trop vite, l’homme doit apprendre à reconnaître la sensation prémonitoire de l’orgasme, qui signale un haut niveau d’excitation mais qui n’est pas encore le point de non-retour!

Y a-t-il une «bonne» façon de maîtriser son éjaculation?

Le «stop and go», qui consiste à arrêter les mouvements dès que l’excitation est trop forte, n’est pas nécessairement une bonne méthode: elle n’est pas très agréable et peut aussi rompre le rythme pour la partenaire. Il vaut mieux apprendre à moduler son excitation sexuelle grâce à la découverte d'une mouvance érotique ondulatoire permettant la circulation de l'excitation sexuelle. Cet apprentissage permet de vivre des états de volupté et pas seulement une jouissance concentrée sur l'éjaculation.

Publicité
Les maladies de A à Z