Fibrome utérin

Diagnostic

Des examens complémentaires

Lorsque l’échographie ne fournit pas suffisamment d’informations, d’autres examens médicaux peuvent être réalisés.

  • l’IRM (imagerie par résonnance magnétique): cet examen permet de localiser les fibromes et de les observer plus précisément: taille, localisation, distance entre le fibrome et l’endomètre ou la cavité utérine... Elle est particulièrement utile lorsque l’utérus comporte de nombreux fibromes ou que ceux-ci sont volumineux. De plus, l’IRM fournit des informations précieuses et précises sur le rapport entre les différents organes et la présence ou non d’une pathologie associée. Tous ces renseignements permettent d’adapter au mieux le traitement.
  • l’hystérosonographie: il s’agit d’une échographie endovaginale (la sonde est placée dans le vagin) qui permet une excellente visualisation des paroi de l’utérus, de la cavité utérine et d’une partie des trompes de Fallope. Pour créer du contraste et faciliter la vision, du liquide (solution isotonique ou autre produit de contraste pour échographie) est injecté dans l’utérus à l’aide d’un cathéter.
  • l’hystéroscopie: cet examen permet de visualiser l’intérieur de la cavité utérine. Pour ce faire, un hystéroscope (fin tube muni d'une petite caméra) est introduit par le col de l’utérus et un liquide ou un gaz est injecté dans la cavité utérine pour la distendre et faciliter l’observation des parois de la cavité et l’origine des trompes de Fallope. 

Ecrit par Kathleen MentropLire l’article suivant

Pour suivre l'actualité médicale, abonnez-vous aux newsletters MediPedia.
Des examens complémentaires | Bijkomende onderzoeken
Les maladies de A à Z