Fibrome utérin

Médicaments

Les agonistes de la GnRH

Le processus de fabrication des hormones ovariennes

Le développement et la croissance des fibromes sont stimulés par les hormones libérées par les ovaires : les œstrogènes et la progestérone.

La fabrication de ces hormones sexuelles s’effectue en chaîne. La première étape est la production, par l’hypothalamus – une petite zone du cerveau – d’une hormone appelée GnRH (hormone de libération des gonadotrophines). Cette dernière stimule ensuite l’hypophyse, une glande située à la base du crâne, qui va alors produire les gonadotrophines (Gn). Celles-ci sont au nombre de deux :

  • La FSH est l’hormone dite folliculostimulante. Elle stimule les follicules (petites cavités ovariennes remplies de liquide et contenant chacune un ovule non développé) pour que ceux-ci fabrique des ovules matures. Simultanément, ces follicules secrètent des oestrogènes.
  • La LH est l’hormone lutéinisante. Après l’ovulation, la LH participe à la lutéinisation du follicule, c’est-à-dire la transformation de ce dernier en corps jaune. Le corps jaune est une petite glande produisant de la progestérone pour préparer l’endomètre à une future grossesse.

Les gonadotrophines vont donc stimuler les ovaires, qui vont secréter les hormones ovariennes.

Des agonistes pour « tromper » l’hypophyse

Les agonistes de la GnRH ont pour effet de bloquer la production des hormones ovariennes. Un agoniste est en réalité une substance qui joue le rôle d’une autre substance et « trompe » l’organisme en se faisant passer pour elle. La prise d’agonistes de la GnRH va bloquer la production d’oestrogènes par les ovaires.  Cette chute du taux d’hormones ovariennes, qui entraîne :

  • un état de ménopause artificiel avec arrêt des saignements
  • une réduction temporaire et réversible du volume de l’utérus et des fibromes de 30 à 90%.

Un usage limité

Même si elle est très efficace, la prise d’agonistes de la GnRH entraîne de nombreux effets secondaires, notamment ceux liés à la ménopause: bouffées de chaleur, perte de densité osseuse. C’est pourquoi ces médicaments sont utilisés sur le court terme (de 3 à 6 mois), afin de réduire le volume des fibromes en prévision d’une opération chirurgicale.

Ecrit par Kathleen MentropLire l’article suivant

Pour suivre l'actualité médicale, abonnez-vous aux newsletters MediPedia.
Les agonistes de la GnRH | GnRH-agonisten
Les maladies de A à Z