Hyperhidrose

Traitements

La chirurgie: un traitement en dernier recours

Pour les cas graves d’hyperhidrose

La chirurgie n’est envisagée que lorsque les autres options de traitement ont échoué et est réservée aux cas graves d’hyperhidrose.

L’intervention consiste

  • soit à réaliser une sympathectomie, c’est-à-dire à sectionner au niveau du thorax les nerfs qui transmettent la «commande» de transpirer vers les glandes sudoripares;
  • soit à procéder à l’ablation des glandes sudoripares «hyperactives».

Les effets de ces deux interventions sont irréversibles.

Les effets secondaires de la chirurgie

Outre les éventuelles complications opératoires propres à toute intervention chirurgicale, des effets secondaires spécifiques à la sympathectomie peuvent survenir.

De 10 à 40% des personnes(1) qui subissent cette dernière intervention présentent une hyperhidrose compensatrice. Bien que le phénomène d’hyperhidrose ait bien disparu à l’endroit ciblé (les aisselles par exemple), elles souffrent alors de transpiration excessive à des endroits qui n’étaient auparavant pas touchés comme le dos, le tronc, les membres, le visage par exemple.

Par ailleurs, l’arrêt de la transpiration sur certaines zones du corps peut également provoquer des phénomènes de sécheresse de la peau.

En cas d’ablation des glandes sudoripares, la cicatrice qui se forme peut être inesthétique et dans certains cas limiter les mouvements.

Ecrit par Thomas CoucqLire l’article suivant

Pour suivre l'actualité médicale, abonnez-vous aux newsletters MediPedia.
La chirurgie: un traitement en dernier recours | Chirurgie: alleen als laatste redmiddel
Les maladies de A à Z