Témoignages

De la sclérodermie à l’hypertension artérielle pulmonaire | Van sclerodermie tot pulmonale arteriële hypertensie.

De la sclérodermie à l’hypertension artérielle pulmonaire

Françoise, 44 ans.

Maman de deux enfants, Françoise était une femme active. En décembre de l’année passée, un essoufflement et une fatigue excessive l’ont alertée…

Essoufflement et fatigue anormale

Je souffre de sclérodermie, une maladie inflammatoire affectant la peau et d’autres tissus. La maladie m’a obligée à renoncer à mes activités professionnelles il y a un an. En décembre de l’année passée, j’étais anormalement essoufflée et fatiguée. J’en ai parlé à mon rhumatologue au cours d’une visite de contrôle. Il m’a envoyée chez un cardiologue afin de réaliser une échographie du cœur.

Un diagnostic posé rapidement

L’échographie cardiaque a montré une élévation de la pression dans les artères des poumons. J’ai ensuite dû passer un cathétérisme cardiaque, un examen au cours duquel on introduit une sonde dans le cœur afin, notamment, d’y mesurer les pressions. Ce deuxième examen a confirmé le diagnostic d’hypertension artérielle pulmonaire. Un traitement médicamenteux a été rapidement instauré. Depuis, mon état est stable.

Publicité
Les maladies de A à Z