Témoignages

combinaison-antihypertenseurs-mode-emploi-bloeddrukverlagers-combineren-een-handleiding_940x400

Combinaison d'antihypertenseurs, mode d’emploi

Dr Jean-Philippe Lengelé, néphrologue (Cliniques universitaires Saint-Luc, Grand Hôpital de Charleroi)

Combiner deux ou trois antihypertenseurs permet d’obtenir un meilleur contrôle de la tension artérielle. Quand est-ce nécessaire? Comment faire concrètement? Zoom sur ces associations de médicaments.

Quelles associations de médicaments retrouve-t-on dans le traitement de l’hypertension?

Quatre grandes familles d’anti-hypertenseurs peuvent être préférentiellement associées:

  • les bêta-bloquants, qui ralentissent notamment la fréquence et le débit cardiaques, permettant au sang de circuler avec moins de résistance à l'intérieur des vaisseaux;
  • les anticalciques (ou inhibiteurs calciques), qui entraînent une dilatation des artères;
  • les diurétiques, qui favorisent l'élimination de l'excès de sels et d'eau par l'urine, abaissant légèrement le volume de sang circulant dans les vaisseaux;
  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversion (IEC) et les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine 2 (ARA2 ou sartans), qui entravent la production des substances favorisant la vasoconstriction (contraction des vaisseaux) et la rétention de sels et d'eau.

Tous ces médicaments diminuent la pression artérielle, réduisant le risque d'événements cardiovasculaires comme l'infarctus du myocarde, l'accident vasculaire cérébral et l'insuffisance cardiaque et rénale.

Pour quelles raisons associe-t-on ces médicaments?

Une grande majorité des patients hypertendus auront besoin de deux ou trois molécules différentes pour arriver à un bon contrôle de leur tension artérielle. La combinaison de ces médicaments entraîne un effet synergique qui permet d'atteindre plus rapidement l’objectif thérapeutique. Le hic, c'est qu'à partir de plusieurs médicaments, l'observance au traitement (c'est-à-dire le respect des prescriptions du médecin) chute drastiquement. Prendre plusieurs médicaments, sans les oublier, n’est jamais chose simple.
Pour pallier ce problème, il existe depuis quelques années des «associations fixes» de molécules: les grandes familles d'antihypertenseurs sont associées dans les combinaisons les plus favorables possibles pour proposer d'emblée deux ou trois médicaments dans une seule gélule.

Quels sont les avantages de ces associations fixes de médicaments?

Combiner deux ou trois molécules dans une seule gélule permet d'éviter la surenchère de pilules qui s'amoncellent dans le pilulier du patient, le décourageant de suivre correctement son traitement. En simplifiant le traitement, ces associations fixes entraînent donc une meilleure observance au traitement et optimalisent la prise en charge de l'hypertension.

Combiner les antihypertenseurs dans une seule gélule n'augmente-t-il pas le risque d'effets secondaires?

Non. L'une de nos craintes initiales par rapport aux associations fixes était que les effets secondaires soient plus fréquents et que l'on ne puisse pas identifier aisément la molécule qui en était responsable. En pratique, les effets secondaires de chaque famille de médicaments sont très différents les uns des autres. Quand un effet indésirable survient, nous savons toujours quelle molécule a entraîné le problème et comment adapter le traitement.
Il arrive même parfois que les effets secondaires se neutralisent. Certaines molécules susceptibles d'entraîner de la tachycardie (élévation anormale du rythme cardiaque) sont par exemple associées aux médicaments qui ralentissent la fréquence cardiaque. D'autres qui peuvent donner de légers œdèmes sont associées à celles qui les réduisent.

Comment s'opère le choix de l'association de médicaments qui est proposée au patient?

Le médicament antihypertenseur doit s'apparenter à un «costume taillé sur mesure» pour le patient. Nous essayons de trouver la meilleure combinaison de molécules en fonction de ses antécédents médicaux, des traitements qu'il a déjà reçus, de ses tolérances et intolérances... Objectif: assurer la meilleure tolérance et la plus grande efficacité possibles afin que le patient suive correctement son traitement. C'est un enjeu majeur quand on sait que l'hypertension artérielle est presque toujours une maladie chronique et incurable et qu'un patient hypertendu devra suivre son traitement à vie.
Le point positif c'est qu'un traitement médicamenteux optimal associé au respect des mesures hygiéno-diététiques (régime modéré en sels, éviction des substances qui augmentent la tension artérielle, activité physique) augmente les chances de contrôler la tension artérielle.

Publicité
Les maladies de A à Z