Témoignages

apres-syndrome-coronarien-aigu-agissez-na-acuut-coronair-syndroom-ageer_720x320

Après un syndrome coronarien aigu: agissez!

Marina Mallefroy, psychologue, psychothérapeute et tabacologue à l’UZ Brussel

La plupart des problèmes cardiaques résultent de facteurs sur lesquels le patient lui-même peut agir. Marina Mallefroy, psychologue, aide les patients à modifier leur mode de vie après un problème cardiaque.

Pourquoi doit-on prendre un traitement médicamenteux et modifier son mode de vie après un problème cardiaque?

Les études ont montré que le risque cardiovasculaire dépend essentiellement de facteurs modifiables: tabagisme, hypertension, excès de cholestérol, manque d’activité physique... Un traitement médicamenteux associé à une adaptation du mode de vie permet de réduire considérablement le risque de rechute et d’allonger l’espérance de vie.

Comment se déroule le processus de revalidation cardiaque?

La revalidation débute déjà lors du séjour à l’hôpital, où je rends visite au patient pour un premier entretien de sélection. Je l’interroge sur ses expériences relatives à son problème cardiaque. Beaucoup de patients se posent des questions telles que: «Que dois-je faire?», «Puis-je faire du sport?», «Comment éviter de nouveaux problèmes cardiaques?», «Dois-je vivre et manger plus sainement?», etc. C’est donc le moment idéal pour aborder la possibilité d’une revalidation au sein d’un centre agréé de revalidation cardiaque. La revalidation cardiaque vise à améliorer le fonctionnement physique, psychologique et social après la maladie cardiaque. Pendant plusieurs mois, le patient est accompagné dans son processus de revalidation par une équipe composée de spécialistes de plusieurs disciplines.

Qui fait partie de l’équipe de revalidation cardiaque?

Le cardiologue revalidateur fournit des explications sur la maladie cardiaque et sur l’utilité des médicaments; au fil du temps, avec le patient, il évaluera le travail de ce dernier et son aptitude à conduire.

Les kinésithérapeutes aident à améliorer la condition physique du patient et lui proposent un accompagnement lors de la reprise de ses activités quotidiennes. Quant aux diététicien(ne)s, leur rôle consiste à informer le patient en matière d’alimentation saine et d’exigences spécifiques éventuelles d’un régime. L’infirmier(-ère) social(e) peut aider le patient qui a des questions relatives aux services sociaux, à la reprise du travail, etc., et peut réorienter le patient si nécessaire.

Quel est votre rôle en tant que psychologue?

Comme je suis tabacologue, si le patient fume, je peux l’accompagner dans son sevrage tabagique. En 8 séances individuelles, je prépare et planifie l’arrêt et aide le patient à éviter les rechutes. Je lui apprends aussi à gérer les situations stressantes. Les circonstances de vie d’une personne peuvent induire – souvent inconsciemment – un stress important, ce qui représente une charge énorme pour le cœur. Mais la maladie cardiaque elle-même peut engendrer un stress négatif considérable, par exemple un sentiment de tristesse par rapport à son état de santé dégradé, une peur de la mort ou d’une rechute, etc.

Et après la revalidation cardiaque?

Le processus de revalidation ne s’arrête pas dès que l’accompagnement au sein du centre cardiaque se termine. Il faut continuer à entretenir sa condition physique, tout comme ses habitudes alimentaires, sa gestion du stress, etc. Il incombe au patient de préserver son nouveau mode de vie. Bien sûr, cela n’empêche pas qu’un suivi puisse être nécessaire.

Publicité
Les maladies de A à Z