Zoom

Anémie et insuffisance rénale: quelles solutions?

L'anémie est l'une des complications les plus fréquente de l'insuffisance rénale chronique. Heureusement, elle est bien prise en charge depuis une dizaine d'années, et le traitement par agents stimulateurs de l'érythropoïèse est très efficace.

Dans le sang, le transport de l'oxygène est assuré par l'hémoglobine, une protéine présente dans les globules rouges. En cas d'anémie, le nombre de globules rouges dans le sang diminue, ce qui entraîne une moins grande capacité du sang à transporter l'oxygène vers les organes et les muscles. Cette pathologie est très souvent associée à l'insuffisance rénale. Les reins ont en effet pour mission de produire une hormone, l'érythropoïétine (ou EPO), qui stimule la production des globules rouges et donc de l'hémoglobine. Quand la fonction rénale diminue, notre organisme produit donc de moins en moins d'EPO, et l'anémie se met en place petit à petit, très discrètement.

Difficile à supporter

La fatigue intense, les troubles de la concentration et du sommeil, et le manque d'énergie accompagnent souvent le quotidien des patients souffrant d'anémie. Cette complication n'est donc pas seulement une conséquence très fréquente de l'insuffisancerénale, elle est aussi l'une des plus difficiles à supporter. En l'absence de prise en charge adéquate, l'anémie influence directement l'activité cardiaque. Comme le sang transporte moins d'oxygène, le c'ur doit battre plus vite. Les patients risquent alors de développer une hypertrophie ventriculaire gauche, complication qui augmente le risque de mortalité par accident cardiaque.

Un traitement révolutionnaire

Depuis plus de 15 ans, les médecins utilisent un traitement médicamenteux pour élever le taux d'EPO des patients anémiés. Son apparition a constitué un grand progrès pour les personnes souffrant d'anémie. "La qualité de vie des malades s'améliore très grandement dès la délivrance du médicament" témoigne le Pr Krzesinski, chef du service de néphrologie du Centre Hospitalier Universitaire de Liège. "Par ailleurs, d'après mon expérience, les patients dont l'anémie est traitée tôt supportent plus facilement l'insuffisancerénale. Ce traitement semble également permettre une mise sous dialyse plus tardive." Les traitements stimulant la production de globules rouges ne constituent cependant pas la réponse unique et automatique à toutes les anémies: il n'est pas efficace en cas de manque de fer, ou si l'anémie est causée par une déficience en vitamine B 12 ou en acide folique. Par ailleurs, d'autres maladies que l'insuffisancerénale peuvent déclencher une anémie. Leur présence doit donc être éliminée avant de mettre en place ce type de traitement.

Le bon dosage

Même lorsqu'il est approprié, ce type de traitement par agents stimulateurs de l'EPO n'est pas sans risque. Une augmentation trop rapide de l'hémoglobine dans le sang peut entraîner des effets indésirables: hypertension, risque de thromboses... Le traitement doit donc viser une augmentation douce de l'EPO (pas plus d'un gramme par litre de sang en plus par mois, d'après le Pr Krzesinski) et tendre à rejoindre la norme plutôt qu'à la dépasser.

Marion Garteiser

Publicité
Les maladies de A à Z