Zoom

La fatigue, un obstacle difficile à combattre

Accompagnant tous les stades de l'insuffisance rénale, la fatigue est un paramètre à prendre en compte dans la gestion quotidienne de la maladie. Et si certaines de ses causes peuvent être traitées, il en est d'autres contre lesquelles il est difficile de lutter...

En phase de pré-dialyse

"Les patients atteints d'insuffisance rénale développent généralement une anémie liée à la diminution de la sécrétion par les reins de l'érythropoïétine, une hormone assurant la production des globules rouges", explique le Pr Dehout, chef du service de néphrologie au Centre Hospitalier Universitaire de Charleroi. Pour lutter contre l'anémie et la fatigue assez intense qui l'accompagne, l'administration d'érythropoïétine de synthèse est donc souvent indispensable tant avant que pendant la période de dialyse.

L'insuffisance rénale entraîne également des problèmes au niveau de l'élimination des déchets acides et du taux de potassium sanguin. "À l'origine d'une fatigue plus ponctuelle, ces deux complications pourront être partiellement corrigées par la mise en dialyse du patient", souligne le Pr Dehout.

Quand une fatigue en remplace une autre

Lorsque l'hémodialyse devient inévitable, la fatigue liée au dysfonctionnement des reins fait place à la fatigue du traitement. Comme le souligne le Pr Dehout, "l'épuration du sang s'effectuant sur une courte période de temps (de neuf à douze heures par semaine), l'hémodialyse s'avère être assez "brutale" et épuisante pour les patients. Réduire la durée des séances et en augmenter la fréquence pourrait bien entendu être envisagé, mais cela ne ferait qu'augmenter la fatigue liée aux trajets à effectuer jusqu'aux centres de dialyse".

Parce qu'elle permet de filtrer le sang 24 heures sur 24, la dialyse péritonéale est une technique plus douce. "Mais si ce type de dialyse se rapproche beaucoup plus du fonctionnement naturel des reins, cela n'empêche toutefois pas qu'il soit lui aussi source d'épuisement", souligne le Pr Dehout. En cause: l'élimination dans l'eau de dialyse d'une partie des protéines nécessaires à l'organisme.

Approche pluridisciplinaire

Quand la maladie s'aggrave, l'appétit des patients a souvent tendance à diminuer. Certains aliments riches en protéines comme la viande suscitent également souvent le dégoût des personnes atteintes d'insuffisance rénale. Des comportements alimentaires suseptibles d'intensifier la fatigue causée par la maladie. Les conseils d'une diététicienne s'avèrent dès lors indispensables pour aider les patients à suivre un régime adapté à un mode de vie actif. Mais parce qu'à la fatigue physique se greffe souvent une fatigue psychique, un soutien psychologique est parfois nécessaire pour atténuer l'angoisse liée à la maladie. L'approche pluridisciplinaire de l'insuffisance rénale est donc plus que jamais de mise lorsqu'il s'agit de combattre la fatigue.

Aurélie Bastin, avec la collaboration du Pr Dehout, chef du service de néphrologie du Centre Hospitalier Universitaire de Charleroi.

Publicité
Les maladies de A à Z