Zoom

"Est-ce que ça vous chatouille ou est-ce que ça vous gratouille?"

Cette célèbre réplique du docteur Knock issue de l'une des pièces de théâtre de Jules Romains trouve sans doute écho dans de nombreux services de néphrologie. Affection caractérisée par d'importantes démangeaisons cutanées sur l'ensemble du corps, le prurit atteint en effet près d'un tiers des patients dialysés.

De terribles démangeaisons

Provoquant d'importantes lésions cutanées à force de se gratter, le prurit peut avoir de sérieuses répercutions sur la vie professionnelle et sociale des personnes atteintes d'insuffisance rénale chronique. "Même si les démangeaisons peuvent survenir à n'importe quelle heure, elles sont particulièrement exacerbées la nuit, lorsque le patient est bien au chaud sous sa couette ou ses couvertures", explique le Dr Vandervelde, chef du service de néphrologie des hôpitaux Iris Sud à Bruxelles. "À l'origine de troubles du sommeil, mais aussi très invalidant au quotidien, le prurit a donc des conséquences dommageables sur le confort de vie des patients."

Les démangeaisons s'intensifiant au contact de la chaleur, il est donc conseillé à tous ceux qui souffrent de prurit d'opter pour des draps légers et des vêtements en coton. Se relaxer dans un bain tiède ou appliquer des compresses froides sur les zones du corps les plus touchées peut également atténuer les symptômes. Ajoutons enfin que pour éviter le dessèchement de la peau, facteur aggravant du prurit, l'usage d'un savon au PH neutre est fortement recommandé.

Quels traitements?

"Lorsqu'elles sont associées à une insuffisance rénale chronique, il est fort probable que les démangeaisons soient causées par des dépôts de microcristaux de phosphate de calcium sous la peau", explique le Pr Vandervelde. "La base du traitement consiste alors à contrôler efficacement le métabolisme phosphocalcique. Il est dès lors important de pouvoir revoir la diététique du patient de façon à limiter ses apports en phosphore. De manière plus générale, le prurit est également lié au vieillissement et à la déshydratation de la peau, l'usage d'une bonne crème hydratante peut donc localement apaiser les démangeaisons. On peut aussi être amené à prescrire des médicaments antihistaminiques, c'est à dire anti-allergique. Si ces différents traitements restent sans effet, une puvathérapie, traitement dermatologique à base de rayons ultraviolets, pourra aussi être envisagée pour soulager le patient."

Aurélie Bastin, avec la collaboration du Pr Vandervelde, chef du service de néphrologie des hôpitaux Iris Sud.

Publicité
Les maladies de A à Z