Zoom

Harmattan-116_493x200

Traversée de l'Atlantique sous dialyse

La dialyse n'a pas arrêté Jean-Louis Clémendot, bien au contraire. Epris de liberté, il a décidé de traverser en solitaire l'Atlantique à la voile. Pari réussi!

Marin dans l'âme

Je fais de la voile depuis que je suis tout petit. Mon rêve: traverser l'Atlantique. J'avais acheté un vieux bateau, que j'ai mis presque dix ans à retaper. Je l'ai mis à l'eau en 2007. J'ai commencé par la traversée de la Méditerranée. Un périple de 7 mois durant lequel j'ai découvert la Corse, l'Italie, Corfu, la Croatie, le Monténégro...

De la voile à l'hôpital...

Je savais que j'allais être dialysé un jour. J'ai une malformation de naissance à l'urètre (conduit permettant l'écoulement de l'urine de la vessie vers l'extérieur). J'avais très souvent des infections urinaires. J'ai été opéré plusieurs fois, ce qui a endommagé mes reins. En 2009, le couperet est tombé: la dialyse était devenue inévitable. Mon rêve tombait à l'eau. J'ai rangé mon bateau. Je pensais ne plus jamais pouvoir faire de la voile.

Hémodialyse ou dialyse péritonéale?

J'ai dû faire un choix: hémodialyse ou dialyse péritonéale. Pour moi, ces deux solutions étaient synonymes de fin de liberté. Après avoir beaucoup hésité, j'ai opté pour la dialyse péritonéale. Une chance! Avant la dialyse, j'étais incapable de marcher 100 mètres sans devoir m'asseoir. Après huit jours de dialyse, j'avais retrouvé ma forme. Mon néphrologue m'a mis en contact avec un de ses confrères, lui même passionné de voile. Il m'a encouragé à réaliser mon rêve.

Exploit sous dialyse

Nous avons réfléchi à différentes méthodes pour réaliser les dialyses sur le bateau. Je devais parvenir à me peser tous les jours pour vérifier si je faisais ou non de la rétention d'eau, ce qui est compliqué avec les mouvements du bateau. La solution: un impédancemètre capable de mesurer la proportion d'eau dans le corps. J'ai aussi suivi un cours de biologie accéléré. Il était important que je puisse reconnaître les signes d'une éventuelle péritonite et pouvoir, le cas échéant, m'injecter un antibiotique. Le 29 novembre 2009, j'ai levé l'ancre des Canaries, avec 200 kilos de poches de dialyse à bord. Tout s'est très bien déroulé. Je suis arrivé le 23 décembre en Martinique. Prochain objectif? Traverser le Pacifique.

Publicité
Les maladies de A à Z