Zoom

Insuffisance rénale et hypertension: un cercle vicieux

Avec le diabète, l'hypertension est à l'origine de plus de la moitié des cas d'insuffisance rénale terminale. À la fois cause et conséquence, cette maladie est également une complication extrêmement fréquente en cas de dégradation continue des reins.

L'hypertension artérielle dite "essentielle" ou primitive (de cause inconnue) est extrêmement fréquente au sein de la population générale: à 60 ans, 4 personnes sont 10 sont hypertendues (tension artérielle supérieure à 140/90 millimètres de mercure). Comme l'explique le Dr Daniel Abramowicz, chef de clinique du service de néphrologie de l'hôpital Erasme, "un faible pourcentage seulement des personnes hypertendues sont susceptibles de développer une insuffisancerénale pouvant les mener à la dialyse. Au vu de la très grande proportion de personnes atteintes d'hypertension, le nombre de patients soufrant d'un problème rénal associé à cette maladie est toutefois très important: Avec le diabète, l'hypertension est actuellement la première cause de l'apparition d'une insuffisancerénale terminale dans nos pays."

Réaction en chaîne

Les dégâts occasionnés aux reins par l'hypertension sont assez semblables à ceux causés au c'ur ou aux vaisseaux cérébraux. "L'hypertension induit un stress mécanique au niveau de la paroi artérielle ce qui entraîne des mécanismes de fibrose (remplacement des tissus par des fibres) qui se répercutent jusqu'aux capillaires glomérulaires des reins", explique le Dr Abramowicz. Conséquences: les artères qui mènent au rein rétrécissent et des lésions apparaissent au niveau des glomérules (unités de filtration du rein).

Hypertension secondaire

Que la dégradation des reins soit causée par une hypertension ou non, 80% des personnes atteintes d'insuffisancerénale à un stade avancé risquent également de souffrir d'hypertension. En cause: une rétention d'eau et de sel qui se manifeste lorsque les reins ne parviennent plus à réguler le volume sanguin circulant. S'installe alors un cercle vicieux où l'insuffisancerénale est à l'origine d'une pression artérielle trop élevée qui elle-même accélère la dégradation des fonctions rénales.

Intérêt du traitement

Un dépistage précoce et un traitement adéquat de l'hypertension primaire pourrait éviter la dialyse à un grand nombre de personnes. "Des médicaments efficaces sont disponibles. Le plus difficile reste de convaincre les patients de leur utilité. Confrontés à une maladie dont ils ne vont jamais guérir et dont ils ne ressentent pas les effets immédiats, beaucoup négligent de se faire soigner", regrette le Dr Abramowicz.

Pour les patients atteints d'insuffisancerénale, le traitement passe plus spécifiquement par la prise de diurétiques puissants limitant la rétention d'eau et de sel. Ces derniers sont souvent associés à des médicaments permettant de faire baisser la pression artérielle tout en limitant la protéinurie (perte de protéines au niveau des reins, fréquentes chez les insuffisantsrénaux). Autre mesure indispensable: cibler une tension artérielle suffisamment basse pour protéger le rein. Ainsi, alors qu'on mise sur une réduction de la tension artérielle à moins de 14/9mmHg dans la population générale, en cas d'insuffisancerénale, l'objectif sera de descendre sous 13/8mmHg. Adopter un régime pauvre en sel (maximum 6gr de sel par jour), contrôler son poids, faire un peu de sport, opter pour une alimentation équilibrée et réduire sa consommation d'alcool sont également autant de mesures efficaces permettant de faire baisser la pression artérielle.

Aurélie Bastin, avec la collaboration du Dr Daniel Abramowicz, chef de clinique du service de néphrologie de l'hôpital Erasme à Bruxelles.

Publicité
Les maladies de A à Z